Poulet aux épinards et à la moutarde

Pour honorer ma dernière récolte d’épinards de mon petit jardin (je vous conseille vivement les épinards géants d’hiver, j’ai fait 9 récoltes !!!)

Il faut simplement couper les feuilles dont vous avez besoin et d’autres repoussent, nous en avons eu tout l’hiver jusqu’au printemps.

Bon fin de la minute jardinage, mais sait-on jamais des jardiniers amateurs peut-être….

Pour mon plat j’ai privilégié des cuisses de poulet, mes superbes épinards et une sauce légèrement crémé, j’ai rallongé avec un bouillon de poule pour l’alléger.

J’ai choisi la moutarde provençale du Domaine des terres rouges pour dynamiser tout ça.

Une moutarde légèrement piquante, relevée de tomates, basilic et origan.

En vente Ici

Un plat familial, facile, qui se réchauffe très bien, et qui une fois sur le feu ne demande plus de travail.

Un simple riz blanc était parfait pour accompagner ce plat.

J’aime beaucoup cuisiner dans ma cocotte en fonte, mais une simple sauteuse fera l’affaire.

Pour 4 personnes :

4 cuisses de poulet

1 échalote

1 gousse d’ail

1 cuillère à soupe d’huile d’olive

50cl de bouillon de poule

10cl de crème fraîche

4 grosses poignées d’épinards frais

2 cuillères à soupe de moutarde provençale

1 brin de thym

Sel et poivre du moulin

Peler et hacher l’ail.

Peler et tailler finement l’échalote.

Dans une cocotte, faire chauffer l’huile d’olive.

Mettre les cuisses côté peau à dorer.

Retourner et ajouter l’ail et l’échalote.

Remuer en décollant les sucs de cuisson.

Lorsque les cuisses sont dorées, ajouter le bouillon qui doit à peine recouvrir les cuisses.

Poser les épinards lavés et essorés dessus et fermer le couvercle.

Une fois fondus, remuer pour les intégrer à la sauce.

Ajouter la crème, la moutarde, le thym, le sel et le poivre.

Cuire à découvert 40 mn que la sauce épaississe un peu.

Le résultat une sauce ultra parfumée, et généreuse malgré le fait qu’elle soit légère, un plat complet servi avec du riz blanc.

A vos tabliers !!!

Poulet à la sauce cacahuète

Une idée originale pour accommoder le poulet.

Je préfère largement acheter des hauts de cuisse que je désosse plutôt que des filets, souvent secs à mon goût.

Il me restait de mon excellent beurre de cacahuète Ethiquable dont je m’étais servi pour ma recette de Brownie .

Le fait que ce beurre ne soit pas sucré le rend facile à accommoder pour mes plats salé.

Cette recette est ma recette lendemain de paquet de cacahuète ouvert 😁, il fait chaud, une bière, un paquet de cacahuète et il reste un fond de paquet qui va traîner.

Avec des côtes de porc ça marche aussi.

C’est une recette express qui demande juste un temps de marinade.

Ingrédients pour 4 personnes :

4 hauts de cuisse de poulet désossés

2 cuillères à soupe de cacahuète salées

3 cuillères à soupe de beurre de cacahuète Ethiquable

20cl de crème de coco

1 cuillère à café de gingembre râpé

1/2 cuillère à café de coriandre moulue

1 pincée de piment

1 cuillère à soupe d’huile de sésame

2 échalotes

Sel et poivre du moulin

Placer le poulet dans un saladier ou un Tupp avec l’huile de sésame, le gingembre, le piment et la coriandre moulue.

Placer au frais au moins 2 heures.

Remuer souvent.

Dans une poêle chaude saisir la viande sur toutes ses faces.

Peler et hacher l’échalote.

Concasser grossièrement les cacahuètes.

Une fois le poulet cuit, le retirer.

Ajouter les échalotes, les faire revenir jusqu’à coloration.

Ajouter les cacahuètes, faire légèrement revenir.

Ajouter le beurre et la crème de coco.

Faire fondre le tout.

Ajouter la viande et porter à ébullition quelques minutes.

Saler, poivrer.

Servir chaud avec un riz thaï.

A vos tabliers !!!

Souris d’agneau à la sauce chimichourri

Une idée pour votre repas de Pâques, des saveurs originales qui se marient parfaitement bien avec l’agneau.

Sans aucun doute un de mes plats préférés, la saveur de la menthe fraîche, de l’ail, du citron et l’ingrédient qui a tout sublimé…l’huile de noix qui a remplacé l’huile d’olive.

J’ai reçu cette huile de noix (En vente ici) dans le cadre de mon partenariat avec le domaine des terres rouges.

Le goût cette huile est très marqué, cette sauce se consommant cru, elle a gardé toute sa puissance et vraiment ça a été une belle surprise en bouche.

Nous consommons peu d’agneau, mon vieux copain Henri (qui n’est d’ailleurs pas vieux du tout mais que je connais depuis une quinzaine d’années) est un berger que je décrierais à l’ancienne, il fait pâturer ces bêtes dans nos garrigues, elles sont élevées en plein air autour de chez nous.

Je lui prends un colis, un clin d’œil à une profession et à une personne qui me tient à cœur.

L’été il amène son troupeau en estive et vous pouvez d’ailleurs suivre ses péripéties sur facebook, si vous habitez dans le sud je vous conseille vivement sa viande d’agneau ou de chevreau et ses chipolatas sont terribles !!!

Pour suivre Henri c’est Ici.

Les souris d’agneau sont un morceau de choix, je les cuits toujours à four tempéré (160 pendant 2h30)

Ainsi elles sont fondantes à souhait.

Pour 2 souris d’agneau :

20 feuilles de menthe

1 gousse d’ail

1 pointe de piment moulu

1 zeste de citron

1 jus de citron

2 cuillères à soupe d’huile de noix

Sel et poivre

Préparer la sauce :

Dans un mortier (ou un mixeur) placer les feuilles de menthe lavées, l’ail épluché, le zeste et le jus de citron, le sel, le piment et le poivre.

Écraser bien le tout pour obtenir un mélange homogène mais pas en bouillie.

Laisser infuser.

Préchauffer le four à 160 degrés.

Placer les souris d’agneau dans le four juste saler et poivrer.

Cuire 2h 2h30 selon l’épaisseur.

Une fois bien dorées, les placer sur une assiette et l’arroser de sauce chimichurri à la menthe.

Déguster immédiatement.

A vos tabliers !!!

Sauté de porc à la bière

Il est encore temps de proposer des plats longuement mijotés.

Plein de saveurs, j’ai opté pour un sauté de porc que j’ai agrémenté d’aromates, de bière et de moutarde.

J’ai utilisé les carottes jaunes de ma maraîchère préférée, je vous les conseille vivement si vous en trouver.

Ces carottes sont moins sucrées que les oranges, le goût de carottes et plus marqué, mais surtout surtout elles restent moelleuses mais tiennent parfaitement à la cuisson.

J’ai utilisé ma mijoteuse pour 4heures de cuisson, mais une cocotte 2h sur le gaz à petit bouillon c’est tout aussi bien.

L’intérêt de la mijoteuse est bien sûr la tranquillité, vous l’enclenchez et vous pouvez partir travailler.

J’ai mis le programme fort donc 4 heures ont été nécessaires, sur le programme doux compter 7-8h.

La cuisson est à tout petit bouillon c’est parfait.

Par goût et par conviction cette cuisson ne remplace pas ma cocotte à la cheminée, mais elle est très pratique quand les journées sont chargées.

Pour 6 personnes :

1 kg de sauté de porc

3 carottes

2 gousses d’ail

1 gros oignons

3 feuilles de sauge

1 feuilles de laurier

1 brin de romarin frais

1 grosse cuillère à soupe de moutarde

50cl de bière brune

1 bouillon de légumes

1 cuillère à soupe de farine

Sel et poivre

Peler et couper l’oignon finement.

Peler la gousse d’ail.

Laver les carottes et les couper en rondelles assez épaisses.

Dans une cocotte ou un faitout faire revenir les morceaux de viande dans 2 cuillères à soupe d’huile d’olive.

Lorsque les morceaux sont dorés, les retirer et placer les rondelles de carottes et l’oignon.

Si vous avez une mijoteuse, tout transvaser dans la cuve.

A coloration, ajouter la viande, l’ail, les aromates, la bière, le bouillon, la moutarde, sel et poivre.

Couvrir et laisser mijoter 2h à petits bouillons.

Si la sauce n’est pas assez épaisse, délayer la farine dans un peu d’eau froide et l’ajouter.

Laisser épaissir quelques minutes et c’est prêt.

La sauce est très parfumée.

De simple pommes de terre vapeur en feront un plat complet et réconfortant.

A vos tabliers !!!

Canette à l’orange

Une recette inspirée par une vidéo « C’est meilleur quand c’est bon »

J’avais vu cette vidéo sur les réseaux sociaux, ayant une cannette au congélateur, cette recette m’a servie de base, fourrée au confit de canard initialement, j’ai préféré une farce plus traditionnelle.

D’autant plus que la copine qui me fournit, a de magnifiques volailles bien dodue et déjà bien grasses.

Évidemment l’association canard / orange est un classique, pas de prise de risque je vous l’accorde mais c’est inévitablement bon!

J’ai glissé dans le plat, comme dans la vidéo des patates douces bien brossées avec leurs peaux, des pomme de terre grenailles bien lavées, un plat complet à poser sur la table.

Ma canette était assez grosse, adaptez le temps de cuisson en fonction de la coloration de la peau.

Il faut qu’elle soit bien bien dorée pour garantir une farce cuite à cœur.

Ingrédients :

1 belle canette

3 oranges

2 cuillères à soupe de miel

300g de chair à saucisse

1 oeuf

5 brins de coriandre

400g de pommes grenailles

2 patates douces

Sel et poivre

Préchauffer le four à 200 degrés.

Prélever le zeste de 2 oranges et presser le jus.

Couper l’autre orange en tranches.

Dans un saladier, mélanger intimement la chair à saucisse, l’œuf, les zestes, la coriandre, saler et poivrer.

Farcissez la canette et fermer avec des cures dents.

Faire chauffer le jus d’orange avec le miel pour bien le délayer.

Placer la canette farcie dans un plat à four.

Déposer les tranches d’orange dessus.

Repartir les pommes grenailles et la patate douce coupée simplement en gros morceaux avec sa peau.

Arroser le tout du jus d’orange au miel.

Saler et poivrer.

Enfourner 45 mn.

Retourner les légumes et enfourner pour 45 mn supplémentaires.

Servir bien chaud.

A vos tabliers !!!

Grenadin de veau sauce morilles.

Le grenadin késako???

Le grenadin correspond à un tournedos, découpée dans le filet et parée, c’est un morceau de choix.

Les déplacements étant à nouveau autorisés, j’ai pu me rendre chez mon boucher fétiche à Fraïsse-sur-Agoût pour récupérer ma commande.

Et vraiment l’expression « comme du beurre » prend tout son sens, une viande ultra tendre, avec une sauce aux morilles…un plat de Noël parfait !

J’ai opté pour des morilles déshydratées de la marque LE LOZERIEN, j’avais entamé le paquet pour réaliser mon Beurre aux morilles .

Et je vous conseille, lorsque vous avez un produit de qualité comme celui là, ne jetez pas l’eau de réhydratation des champignons, pour un risotto ou une soupe cette eau apportera le goût des morilles.

Pour 4 personnes :

4 grenadins de veau

Une vingtaine de morilles déshydratées

15 cl de vin blanc (j’ai pris du sauvignon)

1 grosse échalote

Graisse de canard

1 cuillère à soupe de fond de veau

5 cl d’armagnac

20cl de crème fraîche

Sel et poivre du moulin

Réhydrater les morilles en les couvrant largement d’eau bouillante pendant 30mn.

Les égoutter en conservant l’eau.

Ciseler l’échalote et la faire revenir dans une cuillère à soupe de graisse de canard.

Ajouter les morilles, coupées en 2 pour les plus grosses ( j’en détaille toujours une en petits dés pour qu’elle infuse un peu plus dans la sauce).

Faire revenir quelques minutes.

Déglacer au vin blanc.

Faire bouillir pour l’évaporation de l’alcool.

Ajouter le fond de veau.

Bien mélanger.

Ajouter la crème.

Bien poivrer.

À ébullition couper le feu.

La sauce est prête.

Dans une autre poêle,

Faire fondre 1 cuillère de graisse de canard.

Saisir les grenadins, étant assez épais j’ai fait 4 mn de chaque côté.

Saler peu et poivrer chaque face.

Au terme de la cuisson, verser l’armagnac dans la poêle.

Attendre l’ébullition et flamber la viande (ma partie préférée 😁)

Lorsqu’il n’y a plus de flamme ajouter la sauce.

Vous pouvez réaliser cette partie à l’avance.

Au moment de servir….

Laisser 7-8 mn à petit bouillon et servir chaud.

Avec cette cuisson la viande était rosée à cœur.

Un délice que je vous recommande.

A vos tabliers !!!

Rosace de magret à l’ail des ours

Voilà une façon originale de présenter un magret de canard.

J’ai découvert cette présentation lors d’un repas au relais Chantovent à Minerve, et la cuisson du magret était absolument parfaite, les pétales se détachent, rosé à cœur une découverte absolue !

Pour mon anniversaire j’avais l’idée de refaire ces rosaces en les agrémentant de mon pot D’ail des ours à tartiner reçu dans le cadre de mon partenariat avec Le domaine des terres rouges.

Je vous conseille absolument leurs produits, comme pour l’huile de noix et le vinaigre reçus, dés l’ouverture du pot d’ail des ours on comprends que ce ne sera pas une sauce insipide noyée dans l’huile.

Le goût est corsé et l’association avec le canard et absolument sublime.

Bon l’idée des rosaces c’est bien joli…mais comment les faire tenir ??? Le chef du Chantovent étant un copain je me suis permise de lui demander son astuce…et réponse immédiate et spontanée : t’inquiète je viens chez toi et je te montre!

20 mn après un chef dans ma cuisine!!!

Définition du partage en cuisine, partage spontané, bienveillant et formateur.

Un très joli cadeau d’anniversaire.

Merci encore Nico!

Pour 4 personnes :

3 beaux magrets de canard

Un pot d’ail des ours à tartiner

Sel et poivre du moulin

Un couteau bien tranchant

Placer vos magrets 1h au congélateur, histoire de les raffermir.

Tailler dans la longueur de fines tranches de demi centimètres environ.

Commencer par un petit bout, en serrant bien, tourner le sur lui même pour faire le cœur.

Toujours le gras en bas.

Continuer en serrant bien.

Enrouler serrer chaque bout de magret pour former votre rosace.

Lorsque la portion vous semble suffisante, planter 2-3 cure dents aux jonctions apparentes.

Préparer une poêle bien chaude, feu vif.

Placer les rosaces côté gras.

Débarrasser le gras en trop durant la cuisson.

Attendre que le gras est une jolie couleur et soit fondu entièrement.

Saler et poivrer.

Tourner les magrets en prenant soin d’avoir débarrasser le gras dans la poêle.

Saler et poivrer à nouveau.

3 mn sur l’autre face pour colorer et réserver sur une plaque à four recouverte de papier sulfurisé.

Au moment de passer à table, préchauffer le four à 210 degrés.

Mettre une cuillère à soupe d’ail des ours en appuyant légèrement pour l’intégrer dans les pétales du magrets.

Et enfourner 5-6 mn pour une cuisson rosée.

Enlever les cure dents.

Servir chaud.

Ici présenté avec des frites de butternut et une pointe d’ail des ours, nous nous sommes éclatés les papilles.

Un régal !

Une idée pour vos fêtes de fin d’année.

A vos tabliers !!!

Sauté de porc au cidre et à la sauge

Le froid est arrivé, fini plancha, barbecue et mojito.

Nous entrons dans une phase d’intériorisations, de recherche de chaleur et de réconfort .

Nous allumons les cheminées, les bougies le soir.

La nuit tombe vite, nous troquons les tongs contre un bon plaid douillet.

Les grillades contre un bon plat mijoté…et il a toute sa place, on l’apprécie ce plat.

J’ai misé sur un sauté de porc en promotion chez mon boucher, j’aime l’association avec le cidre et la sauge.

Pour ma part je dégaine toujours ma mijoteuse, pas de risque de sur cuisson, à tout petit bouillon pendant 4 à 6heures.

Vous rentrez du travail, la maison embaume et c’est prêt.

Il faudra que je vous la présente.

Mais une cocotte fera parfaitement l’affaire.

Pour 4 personnes :

600g de sauté de porc

2 oignons

2 gousses d’ail

60cl de cidre brut

5 feuilles de sauge

1 branche de thym

1 cuillère à soupe de farine

3 cuillères à soupe de Calvados

2 cuillères à soupe de crème fraîche

Sel et poivre

Verser un trait d’huile d’olive dans une cocotte.

Y faire revenir les morceaux de viande

Lorsqu’ils sont dorés, ajouter le Calvados et flamber.

Ajouter les oignons coupés en rondelles et les gousses d’ail pelées et juste écrasées au couteau.

Saupoudrer la farine et bien mélanger.

Verser le cidre, compléter avec un peu d’eau pour recouvrir la viande.

Ajouter la sauge, le thym, le sel et le poivre.

Laisser cuire 1h30 cocotte fermée à feu doux.

En mijoteuse, je l’ai laissé presque 6h.

En fin de cuisson, ajouter la crème.

Rectifier l’assaisonnement et servir chaud.

Comme tout plat mijoté, réchauffé le lendemain c’est parfait.

A vos tabliers !!!

Filet mignon en croûte aux cèpes

Rien que le titre laisse présager le bon qui va suivre…

Une amie à l’improviste, ok j’ouvre mon congélateur : une pâte feuilletée, un filet mignon, des cèpes.

3 ingrédients, un repas de roi!

Je me suis souvent dit que c’est dans l’urgence que je sors les plats les plus sympa (déformation professionnelle sûrement 😁)

Et c’est vrai qu’il était vraiment bon ce filet mignon, je cuisine souvent cette pièce en croûte, je trouve que la cuisson à la vapeur lui va bien.

Je vous avez déjà proposé Un filet mignon en croûte au pesto de roquette , un autre Aux tomates séchées .

Je trouve la viande moelleuse, ici le cèpe vient bien sûr sublimé le tout.

Pas de grande préparation et en rajoutant quelques dés de foie gras frais, ce plat a tout à fait sa place sur une table de fêtes.

Et aucun risque de trop cuire la viande, quand la pâte feuilletée est dorée vous sortez votre plat du four.

Elle sera toujours moelleuse par sa cuisson à la vapeur.

Ingrédients :

1 beau filet mignon

500g de cèpes frais ou décongelés

1 petite échalote

1 pâte feuilletée

1 jaune d’œuf battu pour la dorure

Sel et poivre

Préchauffer le four à 190 degrés.

Mettre un filet d’huile d’olive dans une poêle et faire revenir les cèpes.

Lorsqu’ils sont cuits, ajouter l’échalote ciselée et cuire 2 mn supplémentaire en remuant.

Saler et poivrer.

Réserver.

Étaler la pâte feuilletée, déposer la moitié des champignons au centre.

Dessus mettre le filet mignon salé et poivré.

Recouvrir des champignons restants.

Rouler la pâte pour bien enfermer la viande, en soudant bien les bords.

Badigeonner avec le jaune d’œuf battu.

Enfourner pour 45 mn.

Déguster chaud.

A vos tabliers !!!

Magret de canard laqué

Le magret de canard laqué est toujours un succès assuré à la maison.

D’une part c’est la viande préférée de ma fille et d’autres part nous aimons le sucré – salé.

La peau est ultra croustillante et caramélisée, nous l’aimons rosé mais libre à vous de rallonger le temps de cuisson, la chair est parfumée et fond en bouche.

Je prends toujours mes magrets chez mon boucher lorsqu’il propose les foires au gras, la qualité est top et je les congèle sous vide individuellement.

Pour un repas de fête où lors d’un dîner entre amis c’est un plat qui est toujours apprécié.

La préparation ne présente aucune difficulté et la cuisson est rapide…bref il a tout bon ce magret avec son petit air festif.

Ingrédients :

1 magret de canard

1 cuillère à soupe de miel

1 cuillère à soupe de sauce soja

1 gousse d’ail hachée

1/2 cuillère à café de gingembre moulu

1 cuillère à café de 5 épices

1 cuillère à café de vinaigre de riz

1 cuillère à café de maïzena

1/2 cuillère à café de sel

Poivre du moulin

Entailler le gras du magret en croisillon.

Dans une poêle chaude, faire fondre le magret côté gras uniquement.

Jusqu’à ce qu’il soit bien doré.

Jeter le gras ( vous pouvez vous en servir pour faire sauter quelques pommes de terre persillées)

Dans un petit plat aux dimensions du magret si possible, poser la viande.

Dans un bol mélanger le miel, la sauce soja, l’ail, les épices, la maïzena et le vinaigre de riz.

Bien enduire la viande sur les 2 faces.

Laisser mariner au moins 2 h.

Passer ce temps, bien masser le magrets avec la marinade à nouveau.

Préchauffer le four à 200 degrés et enfourner pour 20mn côté peau dessous.

Déguster immédiatement.

Un pur délice, vous m’en direz des nouvelles !!!

A vos tabliers !!!