L’osso bucco traditionnel au coin du feu

Allez savoir pourquoi, mes recettes de viande mijotées des heures à la cheminée je ne vous les partageai pas ici.

Ce n’est pas une cuisson accessible à tous d’une part et nous évoluons dans un monde où tout va vite.

Sauf que lorsque je vous ai partagé ma recette de bœuf bourguignon mijoté 24h à la cheminée Recette ici, j’ai reçu énormément de message et c’est devenue une recette phare du blog.

Les gaufres de Liège à la cheminée c’est Ici

Pour les cocottes, les plaques à gaufres et tout autre cuisson à la cheminée je vous conseille mon site partenaire Tompress, le plus grand défi est de cliquer sur ce lien et de ne pas y passer des heures.

J’ai ma cocotte pour la cheminée, mes plaques à gaufres et à croque monsieur, ils ont un grille pain que je lorgne depuis des années puis la raison me dit : tu vas t’en servir 3 fois ….mais qu’est ce qu’il est canon quand même !!!!

Alors oui j’assume mon côté désuet 😁

Et je vous partage aujourd’hui ma recette d’osso bucco comme il était cuisiné à l’ancienne au coin de la cheminée alimentée par la mama italienne.

Pour moi aucun mode de cuisson ne remplace la cocotte au coin du feu, bien entendu il a cuit toute la journée à petits bouillons pour être servi le midi le lendemain.

Vous pouvez bien entendu, utiliser une cocotte en fonte et la glisser au four.

Je vous donne les indications pour une cuisson plus accessible au fil de la recette.

Pour 6 personnes :

6 osso bucco de veau

2 branches de céleri

3 carottes

4 échalotes

2 gousses d’ail

200g de purée de tomates (une conserve maison de tomata pour moi Recette ici )

2 filets d’anchois (pour saler ils sont facultatifs)

1/2 litre de bouillon de bœuf

40cl de vin blanc

2 feuilles de laurier

1 cuillère à soupe de farine

Huile d’olive

Pour la gremolata :

1 gousse d’ail

1/2 bouquet de persil

Le zeste d’un citron bio

Le zeste d’une orange bio

Pour une cuisson au four, faire préchauffer le four à 170 degrés.

Couper les légumes en dés (carottes, échalotes, céleri)

Peler et dégermer l’ail, le tailler en fines rondelles.

Verser un bon filet d’huile d’olive dans la cocotte.

La placer sur les braises ou sur le feu.

Déposer les tranches de jarrets pour juste les dorer et les réserver dans un plat.

Les remplacer par les légumes et l’ail.

Si vous souhaitez ajouter les filets d’anchois, couper les en dés et les ajouter aux légumes.

Laisser légèrement colorer en remuant souvent.

Saupoudrer de farine et remuer une dernière fois.

Mouiller avec le bouillon et le vin blanc.

Ajouter la viande, le laurier, la purée de tomates.

Sel et poivre du moulin

Remuer et couvrir.

Enfourner pour 2h de cuisson, en surveillant le niveau de liquide.

Pour une cuisson à la cheminée, je l’ai laissé toute la journée de 10h à 19h à tout petit bouillon et réchauffer le lendemain au coin du feu .

Si le liquide vient à manquer combler avec un peu de bouillon.

Au moment de servir, préparer la gramolata :

Zester un citron et une orange non traités.

Peler, dégermer et hacher l’ail.

Hacher le persil.

Bien mélanger le tout et le saupoudrer sur le plat hors du feu ou sur les assiettes.

Il faut garder la fraîcheur de la gremolata ne surtout pas le mélanger à la sauce qui le cuirait.

Servir chaud accompagné de tagliatelles fraîches.

A vos tabliers !!!

Bœuf bourguignon à la cheminée (cuisson 24h)

Voilà tout ce que j’aime !!!

Cette cuisine d’un autre temps…

J’avais commandé cette cocotte en fonte au papa Noël, et mon papa Noël se dirige souvent vers ma caverne d’Ali Baba fétiche : Tompress

Allez visiter leur site en cliquant sur le lien ci-dessus et mettez un minuteur, on ne voit pas le temps passé !

Vous avez le lien de ma cocotte Ici

Les petits bouillons cuisent et font réduire la sauce, le résultat est absolument incomparable.

Pour la viande, je préfère de loin les joues de bœuf c’est personnel, vous pouvez choisir du paleron qui sera plus traditionnel et aussi plus économique.

La viande est les légumes sont fondants à souhait.

Pour ceux qui n’ont pas de cheminée, une cuisson en cocotte est tout à fait possible mais compter 3h à petits bouillons.

Ainsi vous obtiendrez un sauce réduite et condensée en saveurs.

Pour le vin rouge je choisis un vin un peu puissant en arômes, la sauce n’en sera que meilleure.

Ce mode de cuisson demande bien sûr une présence constante, il faut alimenter la cheminée, la nuit je garnis de bois et je la relance au petit matin.

Que le plat soit chaud pour midi.

La recette est simple et traditionnelle, sans aucune complexité.

Je ne pense pas toujours à vous livrer mes recettes réalisée à la cheminée et puis je me dis que du coup ce n’est pas accessible à tous, mais c’est celle que j’affectionne le plus….qui correspond à mes convictions profondes aussi.

Le feu est allumé à la maison, j’exploite cette source de chaleur.

Je peux y réaliser tout un repas de l’entrée au dessert et même y faire bouillir l’eau pour le thé ☺️

Ingrédients pour 6/8 personnes :

1,5 kg de joue de bœuf

3 grosses carottes

3 échalotes

2 gousses d’ail

1 litre de vin rouge corsé

2 feuilles de laurier

1 branche de thym

1 branche de romarin

400g de champignons de Paris entiers en conserve ou surgelés

Sel et poivre

Mettre un fond d’huile d’olive dans la cocotte.

Placer des braises incandescentes dessous et les alimenter.

Peler les carottes et les couper en rondelles épaisses, peler et couper les échalotes, peler et écraser les gousses d’ail au couteau.

Quand l’huile est chaude, placer les carottes, les échalotes et les gousses d’ail.

A coloration, ajouter la viande.

Saler et poivrer.

Penser à alimenter le feu sous la cocotte 😁.

A coloration de la viande, verser le vin rouge.

Porter à ébullition et flamber.

Ajouter le bouquet aromatique.

Sortir la braise qui nous a servi à saisir.

Couvrir.

Coller simplement la cocotte au feu et laisser cuire à tout petit bouillon.

A mi cuisson ajouter les champignons égouttés.

Pour ma part jusqu’au lendemain midi, le plat refroidi en fin de nuit et ça équivaut à le réchauffer pour le repas de midi.

C’est juste terrible !!!

Servir chaud accompagné de pomme de terre vapeur ou cuite dans les cendres.

A vos tabliers !!!

Gratin de poireaux au camembert

Un peu comme une tartiflette…mais plus light, avec une fondue de poireaux pour diminuer la quantité de pomme de terre et de la crème d’avoine à la place de la crème fraîche.

Le résultat reste gourmand avec un bon camembert de caractère.

Un plat complet d’hiver bien réconfortant.

Depuis que je fume la poitrine de porc maison, je n’achète plus de lardons.

Je vous remets la recette Ici

Ingrédients pour 5 personnes :

4 beaux poireaux

6 pommes de terre vapeur

1 camembert de caractère

200g de lardons fumés

1/2 verre de vin blanc sec

20cl de crème d’avoine

Sel et poivre

Préchauffer le four à 180 degrés.

Faire cuire les pommes de terre lavées à la vapeur pendant 15 mn.

Laver et émincer les poireaux.

Placer les dans une sauteuse, légèrement recouvert d’eau pour les cuire sur feu vif.

A évaporation, ajouter les lardons.

Bien remuer.

Lorsque les lardons sont dorés, ajouter le vin blanc.

Porter 5 mn à ébullition et couper le feu.

Ajouter la crème, le sel et le poivre.

Une fois les pommes de terre cuites, les peler et les couper en rondelles.

Dans un plat en terre mettre une couche de pommes de terre et une louche de poireaux.

Continuer jusqu’à épuisement des ingrédients.

Terminer par le camembert en appuyant légèrement.

Enfourner 30 mn.

Déguster chaud.

A vos tabliers !!!