Gaufres de Liège à la cheminée

Absolument fan de mon nouveau joujou !!!

Des plaques à gaufres d’un autre temps pour cuire à la flamme d’un feu de bois.

En vente chez Tompress en suivant ce lien.

Dans le même esprit j’ai les plaques à croque monsieur.

Tout ce que j’aime ces plaques, rétro à souhait.

Je suis partie sur une recette de gaufres de liège, le côté « pâte » me garantissait une réussite sans que la préparation ne s’échappe de mon moule.

Recette largement inspirée par mes collègues Belges avec qui je suis une formation de médecine traditionnelle chinoise.

Mes sources étaient toutes trouvées 😁 et la recette est vraiment top!

La gaufre de Liège se suffit à elle même, un extérieur caramélisé, un intérieur moelleux parfumé à la cannelle.

Traditionnellement les gaufres de Liège se font avec des plaques à large trous… c’est vrai, les puristes vont me tomber dessus, mais s’ils les gouttent à coup sûr je leur cloue le bec 😂

On est quand même pas loin du bonheur !

Ingrédients pour 10 gaufres environ :

500g de farine

200g de beurre

100g de sucre perlé

70g de sucre roux

1 sachet de sucre vanillé

1 cuillère à café de cannelle

20cl de lait

2 oeufs

1 sachet de levure boulangère

1 pincée de sel

Faire tiédir le lait et délayer le sachet de levure.

Dans la cuve de votre robot, placer le sel et la farine.

Ajouter en pétrissant à faible vitesse, le lait, les œufs et les sucres.

Ajouter ensuite le beurre mou.

Laisser pousser 2h.

Ajouter le sucre perlé et mélanger à la maryse.

Faire des patons de la taille d’une mandarine.

Les poser sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.

Laisser pousser 30mn.

Je les ai fait cuire à la cheminée, dans un appareil à gaufres électriques, pensez à bien le faire chauffer pour que le sucre caramélise.

3-4 mn de cuisson suffisent à obtenir une coque croustillante.

Déguster chaud, tiède ou froid.

A vos tabliers !!!

Le chocolat chaud qui fait la moustache

Chacun ses astuces réconfortantes, après une balade hivernale, après une journée de boulot fatigante ou sous un plaid devant un téléfilm de Noël, le chocolat chaud qui fait la moustache ça fait plaisir, il réchauffe le coco, on ferme les yeux pour le déguster celui-là.

Soyons clair : ce n’est pas le chocolat chaud que l’on prend sur le pouce le matin, celui là il demande juste de prendre le temps, le temps de le faire et celui de le déguster.

Même si je ne retrouve pas le goût de mon enfance sur ce coup là.

Maman râpait le chocolat pâtissier de papa…qui bien sûr à bien changer et comme il était amer, elle le sucrait beaucoup.

J’ai beau eu chercher je n’ai pas le goût.

Mais je crée des souvenirs à ma fille avec le chocolat d’aujourd’hui, il reste épais et fait toujours la moustache.

Et elle adore ça !!!

En Espagne on y trempe des churros bien chaud qui sorte du bain de friture, healthy à souhait !!!

Je me sers de cette marque là, pour moi le meilleur résultat mais l’essentiel reste dans le 100% cacao non sucré.

Le test d’un chocolat réussi ? Une cuillère en bois ne s’enfonce pas 😋

Ingrédients pour 1 mug:

300ml de lait

2 cuillères à soupe soupe de chocolat en poudre non sucré à 100% de chocolat

2 cuillères à soupe de sucre en poudre

1 cuillère à café de maïzena

Verser le lait froid dans une casserole.

Incorporer la maïzena (dans le lait froid, sinon bonjour les grumeaux).

Bien remuer au fouet.

Ajouter le chocolat et le sucre et mettre sur le feu.

Laisser épaissir en remuant.

A la première ébullition c’est prêt !!!

Fouetter un bon coup pour faire mousser.

Verser dans un mug et servir aussitôt.

A vos moustaches!!!

Fougasse aux gratons de mon papa

Mon papa était originaire de Carcassonne, et une des spécialités qu’il aura apprise chez son patron en tant qu’ouvrier il y a 70 ans est la fougasse aux gratons.

C’est une brioche sucrée malgré la présence de gratons de canard.

L’association peut sembler étrange et pas très vendeuse mais je vous assure c’est délicieux !

Il suffit d’y goûter pour être convaincu.

J’ai réalisé il y a quelques jours des Confits de canard pour mes paniers gourmands de Noël, j’ai profité des gratons obtenus.

Ingrédients pour une grande fougasse:

500g de farine (+70g pour le levain)

170g de beurre à température ambiante.

2 oeufs

5 cuillères à soupe d’eau de fleur d’oranger

2 cuillères à café de sel

140g de sucre

40g d’eau (pour le levain)

25g de levure fraîche

200g de gratons de canard

Commencer par préparer le levain avec 70g de farine, la levure et l’eau.

Réserver 30mn.

Dans la cuve de votre robot, placer le sel, le sucre, la farine.

Commencer à pétrir.

Y ajouter le levain, les œufs, le beurre et la fleur d’oranger.

Pétrir 10 mn environ.

3 mn avant la fin ajouter les gratons.

Couvrir et laisser pousser 2h.

Fariner votre plan de travail

Dégazer la pâte.

Placer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.

Avec le plat de la main l’étaler grossièrement sur toute la plaque.

Laisser pousser à nouveau 2h.

Préchauffer le four à 230 degrés .

Pratiquer des incisions en direction des 4 angles.

Enfourner pour 15mn.

Pendant que la brioche cuit, préparer un sirop avec 50g de sucre et le double d’eau.

Faire bouillir jusqu’à dissoudre le sucre.

Laisser légèrement tiédir et ajouter 2 cuillères à soupe d’eau de fleurs d’oranger .

A la sortie du four, badigeonner de sirop et saupoudrer de sucre.

A consommer tiède ou froid.

A vos tabliers !!!

Petit pain au lait de mon papa

Mon papa pétrissait les pains au lait à la main, un de ces grands jeux était de me donner un bout de paton pour faire pareil.

La magie des mains de boulanger imprégnée de farine naturellement, de tout ce temps passé à façonner, jamais il ne se farinait les mains…aucune pâte ne collait au doigt.

De mon côté tout le paton était dans ma main, je me bagarrais pour le décoller et il passait à l’autre main…les pates avec du lait c’est terrible.

A force d’ajouter de la farine il perdait de leurs textures et moi mon pari d’y arriver cette fois-ci.

Je les ai donc fait au robot sans rougir, c’était ça ou pas de pains au lait !!!

Je les aime parce qu’ils sont ultra fondants en bouche, aromatisés à la fleur d’oranger c’est un régal.

Il ne faut pas trop les cuire pour avoir ce fondant à souhait.

Pour 7 pains:

500g de farine

230g de lait ribot (petit lait pour moi ou lait entier)

20g de levure fraîche

40g de sucre en poudre

10g de sel

80g de beurre mou

1 oeuf pour la dorure

2 cuillères à soupe d’eau de fleur d’oranger

Sucre en grains pour le décor

Dans le bol du robot placer le sel, le sucre, la farine et la levure (dans cet ordre là, pour éviter le contact du sel avec la levure)

Mouiller avec le lait.

Pétrir à petite vitesse.

Ajouter la fleur d’oranger et le beurre mou.

Augmenter la vitesse et pétrir au crochet jusqu’à ce que la pâte se décolle des parois (au moins 15 mn)

Éteindre et laisser pousser 2h.

Passer ce temps, dégazer la pâte et façonner vos pains au lait.

Badigeonner de l’œuf battu.

Laisser à nouveau pousser 2h.

Préchauffer le four à 180 degrés.

Badigeonner à nouveau avec l’œuf, pratiquer des entailles avec le ciseau.

Parsemer de grains de sucre.

Enfourner dans un four chaud pendant 15 mn.

Laisser refroidir si vous résister avant de déguster.

A vos tabliers !!!

Praliné amande-noisette

Il m’aura fallu des années, 3 mixeurs grillés et des heures de recherche pour enfin pouvoir faire mon praliné.

Je m’en étais dégoûtée, le praliné n’était pas pour moi…en deuil de fait maison la fille du boulanger.

Sauf que je suis têtue!

Il était hors de question d’investir dans un énième robot, il me fallait un mixeur compact, abordable et puissant rien que ça.

Et à force de recherche c’est sur une moulinette 1000W que j’ai jeté mon dévolu et miracle un praliné en un temps record!!!

Soyons honnête je m’étais toujours arrêté au stade du pralin (des grains assez grossier) avant que l’odeur de brûler n’apparaisse.

Et là surprise après quelques minutes seulement une pâte est apparue, sans disjonctage général.

Et tout ça avec un petit mixeur moulinex….me fait rêver mon mini mixeur je vous le dis !!!

Et comme beaucoup de recette, le fait maison ressort grand vainqueur.

Les amandes du jardin, des noisettes des copains, du sucre pas de chez nous….un résultat absolument terrible voir dangereux.

J’ai demandé à mon mari et ma fille leurs avis…Bam moitié du pot liquidé!!!

Va avoir du boulot ma moulinette!

Ingrédients pour un pot:

125g d’amandes

125g de noisettes

160g de sucre

5 cl d’eau

Préchauffer le four à 170 degrés.

Sur une plaque déposer les amandes et les noisettes.

Enfourner pour 15 mn en surveillant la coloration, il faut une coloration légère.

Frotter les noisettes pour enlever la peau, personnellement je laisse la peau des amandes.

Dans une casserole à fond épais mettre le sucre et le mouiller avec l’eau.

Placer sur feu moyen et sans remuer, laisser cuire jusqu’à obtenir un beau caramel ambré.

Ajouter alors les amandes et noisettes torréfiées.

Bien mélanger sur feux doux.

Étaler rapidement sur une feuille de papier sulfurisé et laisser refroidir.

Concasser le tout grossièrement et placer par petites quantités dans le bol de votre mixeur.

Après le stade de poudre, viendra celui de pâte puis de crème.

J’ai fait quelques pauses pour ne pas trop brusquer mon nouveau joujou.

Mais ça reste rapide et terriblement bon.

Indispensable pour vos Paris-Brest, mais il sublimera vos tarte au chocolat, Royal ou même crêpes et gaufres, chez nous, restons simple il part à la petite cuillère !!!

A vos tabliers !!!

Pancakes à la pomme

A savourer au goûter ou le petit déjeuner, les pancakes c’est facile, une cuisson ultra rapide.

Je vous avez proposé ma recette de base Ici sans temps de pause.

Ou ceux A la châtaigne pour changer un peu.

La saison des pommes a débuté et outre mon Gâteau aux pommes ultra moelleux , ces pancakes sont une belle association pommes – vanille.

Je les sers avec un bon miel, ils sont absolument délicieux !!!

Je les laisse cuire un peu plus longtemps que des pancakes classiques…1mn de plus / face que l’intérieur, plus épais soit cuit.

J’ai pris des goldens classiques, mais la prochaine fois j’opterai pour des croquantes plus acidulées afin de varier.

Le résultat était parfait!

Pour une quinzaine de pancakes:

3 pommes moyennes

200g de farine

100g de crème fraiche

40g de beurre fondu

20cl de lait

1 œuf

1 gousse de vanille

2 cuillère à soupe de sucre (j’ai préféré du miel de châtaigner)

1 cuillère à café de bicarbonate

1 pincée de sel

Dans un saladier, verser la farine, le sucre ou le miel, le sel et le bicarbonate.

Ajouter l’œuf, la crème, les graines de la gousse de vanille, le beurre fondu, le lait.

Peler et épépiner les pommes.

Les mettre immédiatement dans la pâte pour éviter qu’elles s’oxydent.

Bien remuer pour obtenir une pâte homogène.

Laisser reposer 30mn.

Faire cuire dans une poêle anti adhésive 1mn30/ face environ.

Déguster tiéde.

J’ai opté pour ce miel de châtaigner que je trouve extraordinaire!!!

A vos tabliers!!!

Brioche suisse de Christophe Felder

Après plusieurs essais, c’est la recette gagnante qui figure dans mon grimoire.

La pâte à brioche est moelleuse, l’inclusion de crème pâtissière et de pépites de chocolat rend le tout généreux et gourmand.

Une belle façon de commencer la journée, les jours raccourcissent, le rafraîchissement est notable, un peu de douceur pour attaquer du bon pied.

Merci Mr Felder!

C’est pour moi la recette qui se rapproche le plus, de part la texture de la brioche des Suisses de la boulangerie.

Ingrédients pour 8 brioches :

Pour la pâte à brioches:

250g de farine

30g de sucre en poudre

1 petite cuillère à café de sel

10g de levure fraîche

3 œufs

165g de beurre ramolli

Pour la crème pâtissière :

250g de lait entier

2 jaunes d’œufs

50g de sucre en poudre

1/2 gousse de vanille

20g de maïzena

1 cuillère à soupe de farine

Pour la garniture :

120g de pépites de chocolat noir

50g de sucre

50ml d’eau

1 cuillère à café d’eau de fleur d’oranger

Pour la dorure:

1 oeuf entier + 1 jaune d’œufs

Commencer par préparer la pâte à brioche :

Dans la cuve de votre robot placer le sel, le sucre, la farine et dessus la levure (afin qu’elle ne touche pas le sel).

Ajouter les œufs et pétrir au crochet pendant quelques minutes.

Ajouter le beurre en petits morceaux .

Pétrir environ 10mn à vitesse moyenne jusqu’à ce que la pâte se décolle des parois de la cuve.

Couvrir d’un torchon et laisser pousser 1h.

L’aplatir pour la dégazer et placer au frais pour 30mn à 2h maximum.

Pendant ce temps, préparer la crème pâtissière :

Mettre le lait à chauffer avec la demie gousse de vanille fendue et grattée.

Dans un saladier mélanger au fouet le sucre et les jaunes d’œufs jusqu’à ce que le mélange blanchisse.

Ajouter la maïzena et la farine, bien mélanger.

Lorsque le lait arrive à ébullition, retirer la gousse de vanille et verser le lait chaud sur la préparation.

Mélanger intimement et remettre le tout dans la casserole sur feux doux.

Mélanger avec une cuillère en bois jusqu’à épaississement.

Laisser refroidir.

Pour les brioches :

Sortir la pâte du réfrigérateur.

Sur un plan de travail fariné, étaler la pâte froide au rouleau sur une épaisseur de 4-5 mm.

Sortir la crème du froid et fouetter la pour l’aérer.

Étaler là sur la moitié du rectangle.

Saupoudrer de pépites de chocolat de façon uniforme.

Replier le côté non garni dessus.

Aplatir légèrement pour souder le tout.

Avec un couteau bien aiguisé, découper les brioches de 5cm de largeur environ.

Laisser pousser 2h30 recouvert d’un torchon propre.

Pendant ce temps réaliser le sirop:

Verser le sucre et l’eau dans une casserole, porter à ébullition jusqu’à dissolution du sucre et laisser refroidir.

Y ajouter l’eau de fleur d’oranger et réserver.

Préchauffer le four à 180 degrés.

Préparer la dorure en fouettant bien l’œuf et le jaune.

Lorsque les brioches sont levées, les dorer délicatement au pinceau.

Enfourner pour 15mn.

Une fois cuites, les badigeonner de sirop.

Laisser refroidir avant de consommer.

Quoique tièdes, elles sont à tomber!!!

A vos tabliers !!!

Barre bretonne ultra moelleuse

Je vous présentais il y a quelques jours la recette de Mon beurre au pesto.

Je vous disais bien dans l’article de garder le petit lait ainsi obtenu pour d’éventuels desserts ou brioche…et ben voilà !!! On y est !!!

Une barre bretonne ultra moelleuse, qui garde son moelleux plusieurs jours, pour des goûters ou des petits déjeuners sous le signe de la gourmandise.

J’ai trouvé cette recette sur le blog maman ça déborde.

Je n’ai absolument rien changé à sa recette qui est parfaite, la prochaine fois j’intègrerai sûrement des zestes de citron pour faire plaisir à monsieur.

Comparée au traditionnel quatre quart breton les 3/4 du beurre sont remplacés par le petit lait, d’où sont moelleux.

Si vous ne disposez pas de petit lait je vous conseille le lait ribot pour la réalisation de vos desserts.

Ingrédients pour un moule à cake :

3 oeufs

170g de sucre

160g de farine

1 sachet de levure

1 gousse de vanille

50g de beurre

120g de petit lait

Préchauffer le four à 160 degrés.

Fendre la gousse de vanille en deux afin d’en récupérer les graines.

Faire fondre le beurre.

Fouetter les œufs, le sucre et les graines de vanille jusqu’à l’obtention d’un mélange mousseux.

Ajouter la farine, la levure et mélanger.

Terminer par le beurre fondu et le petit lait.

Mélanger intimement.

Verser dans un moule à cake beurré.

Enfourner pour 40mn.

La lame du couteau doit ressortir sèche.

Laisser refroidir et déguster.

A vos tabliers !!!

Mes kanelbullars

J’adore faire des brioches, de la confection, à la cuisson qui embaume ma maison.

C’est certainement lié à mon enfance, mais c’est d’un satisfaisant !!!

Ici nous sommes loin des saveurs de mon enfance avec une pâte parfumée à la cardamome, et garnie à la cannelle.

Mais vraiment elles sont juste incroyablement addictives.

Au petit déjeuner sur ma terrasse ou l’hiver au coin de la cheminée, de toutes façons elles feront les 4 saisons à la maison.

Ces brioches d’origine scandinave ont été vraiment un coup de cœur.

Pour le façonnage mon ami YouTube et ses tutos m’ont beaucoup aidé, si vous voulez vous en inspirer c’est Ici!

Je me suis largement inspirée du blog Gourmandiserie pour les réaliser.

Ingrédients pour une douzaine de brioches:

Pour la pâte à brioche:

430g de farine de blé

50g de sucre en poudre

12g de levure fraîche de boulanger

5g de sel

3g de cardamome en poudre

150g de lait entier

2 œufs

125g de beurre mou

Beurre à la cannelle:

125g de beurre demi sel mou

100g de sucre en poudre

2 cuillères à soupe de cannelle en poudre

Dorure:

1 œuf battu

Sirop:

50g de sucre en poudre

50g d’eau

Dans le bol du robot: placer le sucre, le sel, la farine, la cardamome et la levure.

Ajouter les œufs et pétrir.

Ajouter le lait.

Le beurre en morceaux et pétrir pendant 10 bonnes minutes à une vitesse assez élevée que la pâte claque sur les parois.

Placer dans un saladier et laisser pousser 2 h.

Réaliser le beurre à la cannelle en mélangeant le beurre demi sel, la cannelle et le sucre.

Reserver.

Étaler la pâte en un grand rectangle et tartiner du beurre à la cannelle.

Replier la pâte en 3 en chevauchant les plis.

Le premier pli au 2/3 et le troisième dessus.

Étaler à nouveau au rouleau.

Tailler de longues bandes de 2 cm d’épaisseur et façonner comme sur la vidéo postée plus haut.

Placer chacune sur une plaque allant au four recouverte de papier sulfurisé.

Laisser pousser 1h30.

Préchauffer le four à 185 degrés.

Dorer chaque brioche à l’œuf battu et enfourner pour 25mn en surveillant.

Réaliser un sirop avec le sucre et l’eau et à la sortie du four badigeonner chaque brioche.

Laisser refroidir sur une grille si vous arrivez à ne pas craquer.

A vos tabliers!!!

Confiture d’abricot au romarin

Ma belle sœur me propose dans la semaine 2 cagettes pleines d’abricots, bien entendu ça ne se refuse pas.

Surtout qu’à la maison nous sommes amateurs de confiture.

Pour la confiture j’aime l’aromatiser à la vanille ou au romarin; je trouve que ces deux saveurs se marient à merveille avec la saveur acidulé de l’abricot.

Cette année ce sera donc romarin…

J’utilise une boule à thé pour diffuser le parfum du romarin, pratique elle m’évite de partir à la pêche au petit bout une fois fini.

J’ai l’habitude, qui me vient de ma tati Carmen chérie, de laisser les fruits au sucre une nuit.

Ainsi ils libèrent plus d’arômes et forme un sirop autour du fruits.

Ingredients:

1 kg d’abricot

700g de sucre (si les abricots sont bien sucrés je ne mets que 600g)

1 brin de romarin et demi (j’utilise du sauvage qui est plus fort en goût, à doser selon vos attentes)

La veille au soir laver et dénoyauter les abricots.

Les mettre dans la marmite de cuisson avec le sucre.

Laisser toute la nuit.

Le lendemain un sirop se sera formé.

Ajouter le romarin dans le diffuseur à thé.

Le mettre dans la marmite.

Mettre sur le feu.

A ébullition compter 1 heure – 1 heure 15 de cuisson

Ne pas enlever l’écume qui se forme, elle disparaîtra une fois la confiture cuite (autre astuce de ma tati confiture 😊)

Pour moi le goût de romarin est suffisant car subtil, si vous voulez un goût plus marqué, faites infuser le romarin dés la veille au soir.

Pour la conservation retourner les pots bouillants ou 30mn à ébullition dans un stérilisateur.

A vos tabliers !!!