Pâté en croûte au canard, figues et noix

Une idée pour vos fêtes de fin d’année ou pour un repas festif.

L’idée m’est venue en ramassant mes figues du verger en vue d’une traditionnelle confiture.

Sans transition aucune ahhh tiens et si je faisais un pâté en croûte ????

Bam sitôt dit sitôt fait !

Je vous recommande grandement les moules démontables ou comment se simplifier la vie.

Je l’ai découvert chez mes chouchous Tompress

Vous l’avez en vente Ici

Il facilite bien entendu l’étape du démoulage mais il sert aussi d’emporte pièce pour la pâte….c’est tout bon!

Vous l’avez en 2 dimensions pour ma part j’ai le 35cm, à faire un pâté en croûte je distribue aux copines.

Il m’est resté un peu de farce, aucun gâchis dans une petite terrine et au four.

Je vous avez proposé une recette de pâté en croûte traditionnel Recette ici, j’ai enlevé le chapeau de pâte qui ajoute une lourdeur à ce plat.

Dans l’optique d’un repas festif, le rendu est du coup plus léger.

J’ai remplacé la traditionnelle gelée par une confiture de figues gélifiée et elle a toute sa place, la note sucrée salée accentuée par l’ajout de noix grossièrement hachées est très agréable avec le canard.

Ingrédients pour 1 moule de 35 cm

Pour la pâte: (à faire la veille)

500g de farine

250g de beurre pommade

10g de sel

2 oeufs

100g d’eau froide

Pour la farce:

250 de poitrine de porc désossée

250g de sauté de veau

500g de magret de canard

250g de foie gras mi cuit

2 blanc d’œufs

125g de cerneaux de noix

1 bonne cuillère à soupe de porto

350g de confiture de figue

2 feuilles de gélatine

13g de sel/kg de farce

4g de poivre/kg de farce

La veille :

Préparer la pâte :

Dans la cuve du robot placer la farine et le beurre pommade, pétrir doucement pour sabler la préparation.

Ajouter le sel et les œufs.

En augmentant la vitesse, ajouter l’eau froide jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène.

Filmer au contact et garder 24h au frais.

Préparer également la farce la veille :

Débarrasser les magrets de leurs couches de gras tout en la conservant.

En vous aidant d’un couteau fin et en tirant dessus c’est assez facile.

Couper le maigre du magret en dés d’1cm environ.

Réserver dans un saladier.

Hacher au hachoir le veau, la poitrine désossée et le gras des magrets, je privilégie la grosse grille personnellement.

Réunir les viandes dans le saladier.

Peser et saler, poivrer et mélanger intimement.

Il est important de peser la viande une fois hachée, il reste toujours un peu dans le hachoir, ainsi l’assaisonnement sera parfait !

Ajouter les blancs d’œufs.

Mélanger.

Hacher grossièrement au couteau les cerneaux de noix et les ajouter à la préparation.

Ajouter le porto, mélanger et placer au frais 24h.

Le lendemain, sortir la pâte du frigo, la débarrasser sur un plan de travail fariné.

L’étaler sur une épaisseur de 5-8 mm environ.

Ouvrir le moule et découper à 1cm du bord.

Idem avec le papier sulfurisé.

Placer le papier avec la pâte dans le moule.

Veiller à ce que les bords soient bien soudés.

Remplir de la farce préparer la veille jusqu’au 1/3.

Couper le foie gras en gros tronçons et le déposer au centre sur toute la longueur.

Ajouter le reste de farce en tassant bien autour du foie gras.

Jusqu’à 1 cm du bord.

Rouler la pâte pour former un petit boudin autour.

Préchauffer le four à 180 degrés.

Enfourner pour 1h.

Laisser refroidir.

Placer au frais.

Le lendemain

Faire tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide 5mn.

Verser la confiture de figues dans une casserole et faire chauffer.

À ébullition, éteindre le feu, essorer la gélatine dans vos mains et la dissoudre dans la confiture chaude.

Remuez bien.

Passer au chinois afin d’éliminer les bouts et graines de figues.

Laisser refroidir une vingtaine de minutes et couler le jus de figues sur le pâté froid.

Replacer au frais et déguster idéalement le lendemain voir le surlendemain.

La recette peut paraître longue mais elle comprend beaucoup de temps de pause.

Et elle peut être faite plusieurs jours avant et oubliée dans le frigo…c’est un sacré avantage.

À vos tabliers !!!

Focaccia à l’ail et aux tomates cerises

Pour moi la recette parfaite, je me l’a suis accommodé, je voulais un vrai moelleux, des saveurs marquées.

Je me suis inspirée de la recette de mon pain à l’ail pour l’aromatiser recette Ici

Le secret réside dans les temps de pousse à respecter pour que la pâte gonfle et développe ses saveurs.

Le résultat est hyper moelleux et parfumée, elle se suffit à elle même.

Une salade de roquette et une tranche de jambon de Parme voilà un repas du soir qui vous fera voyager en Italie.

J’aime la présenter lors d’un apéro dînatoire, chacun pioche un bout c’est convivial et toujours apprécié.

De plus dans une boîte métallique elle se conserve plusieurs jours.

Ingrédients pour une plaque à four:

700g de farine

2 sachets de levure de boulanger sèche (11g)

380g d’eau

20g de sel

25g d’huile pour la pâte

Pour les saveurs :

1 paquet de tomates cerises

70ml d’huile d’olive

100g de comté râpé

4 gousses d’ail hachées

2 brins de thym effeuillé

1 cuillère à café d’origan sec

Fleur de sel et poivre du moulin

Dans un saladier, mélanger l’huile d’olive, le fromage râpé, les herbes et l’ail.

Laisser infuser à température ambiante.

Dans le bol du robot, placer le sel, la farine, la levure dessus et pétrir à vitesse lente en ajoutant l’eau puis l’huile d’olive.

Augmenter la vitesse jusqu’à l’obtention d’une boule homogène (au moins 10 mn)

Laisser reposer 2h la pâte va doubler de volume.

Placer une feuille de papier sulfurisé sur la plaque du four.

Débarrasser la pâte dessus.

À la main étaler votre pâte sur toute la surface.

Verser la préparation parfumée et avec vos doigts appuyer pour faire des trous dans la pâte.

Ainsi elle va se parfumer.

Couper les tomates cerises en 2 et les disposer de façon harmonieuse.

Saler à la fleur de sel, poivrer.

Laisser pousser à nouveau 2h.

Préchauffer le four à 220 degrés et enfourner pour 1h30 de cuisson.

Déguster tiède ou froid.

À vos tabliers !!!

Plancha de crevettes au chorizo

Une recette qui demande peu de préparation, une cuisson ultra rapide.

En tapas à l’apéro, en entrée ou en plat accompagné de riz parfumé.

Comme pour beaucoup de mes recettes à la plancha une marinade dans un Tupperware et au moment de passer à table vous jetez le tout sur votre plancha ou votre poêle chaude.

Rapide et d’une efficacité redoutable !

Le chorizo parfume les crevettes pendant leur cuisson, un jus de citron, un peu de coriandre hachée le goût est au rdv.

J’aime les apéros dînatoire, ils demandent je trouve plus de travail qu’un repas traditionnel, il y a plus de préparation si on veut diversifier les saveurs.

Je trouve ces repas plus conviviaux, chacun picore à son rythme.

D’où ma recherche de recette savoureuse et express.

Vous trouverez plein d’idées recette sur le blog.

Les proportions sont à adapter pour un apéro dînatoire je compte 4 crevettes moyennes/ personne environ.

Je privilégie les crevettes crues qui demandent un peu plus de cuisson mais pour les pressés des crevettes cuites, 5 petites mn de cuisson pour donner les saveurs c’est très bon aussi !

Je prends un chorizo de qualité, parfumé qui ne va pas fondre sur ma plancha et donner du gras en excès.

Je ne choisis jamais de l’extra fort qui masquerait complètement le goût des crevettes, tout ça est une question de goût bien entendu.

Ingrédients pour 4 personnes :

16 crevettes de taille moyenne

8 tranches de chorizo assez épaisses

1 petit bouquet de coriandre ciselé fin

1 gousse d’ail dégermée et hachée

Le jus d’un citron

Huile d’olive

Décortiquer les crevettes et les débarrasser dans un saladier ou un Tupperware.

Ajouter 1 cuillère à soupe d’huile d’olive.

Couper chaque tranche de chorizo en deux.

Ajouter aux crevettes : le chorizo, l’ail, la coriandre.

Remuer bien le tout et laisser mariner au moins 1h.

Chauffer la plancha légèrement huilée.

Jeter dessus le contenu et la marinade.

Laisser cuire 5 mn.

Retirer le tout, arroser d’un jus de citron et c’est prêt !

Je vous donne ici ma recette express, lorsque j’utilise des crevettes crues je laisse mes tranches de chorizo entière car la cuisson est légèrement plus longue (petite astuce qui vous évitera d’avoir votre chorizo carbonisé à côté de crevette juste cuite)

Un rosé bien frais et tchin-tchin

A vos tabliers !!!

Jambon d’agneau séché

Je me suis dit et pourquoi pas ???

Maintenant que j’ai une super cave pour sécher, tout y passe!!!

Et vraiment sacrée découverte !

J’ai utilisé un gigot d’agneau pour ce test, je tenterai de le désosser la prochaine fois.

Le rendu est parfait, trompeur on dirait vraiment un jambon de cochon.

Le goût est vraiment bluffant et je ne saurais vous le décrire avec des mots…il ne ressemble à rien de ce que j’ai pu goûter.

Juste c’est très très bon.

J’ai la chance d’avoir une cave parfaitement ventilée pour le séchage vous pouvez réaliser cette recette au bas de votre frigo en changeant le torchon très régulièrement (attention ne mettez pas de soupline pour le lavage de vos torchons).

Il m’a fallu 3 semaines de séchage pour ce résultat, le gigot était ferme au toucher.

N’oubliez pas qu’il faut que le gigot soit entièrement recouvert lors du salage.

J’utilise du gros sel de salaison.

J’ai utilisé la même technique que pour Ma coppa

Lorsque j’ai lorgné mon gigot j’ai localisé 2 veines, par précaution j’ai pressé ma viande pour éliminer le sang encore stagnant dans les veines.

Comme pour un jambon classique il faut y penser pour éviter à votre viande de pourrir.

Ingrédients

2-3 kg de gros sel (selon la grosseur de votre pièce de viande)

1 beau gigot d’agneau

Poivre moulu

Placer un lit de gros sel dans un récipient assez profond.

Poser le gigot dessus et recouvrir entièrement de gros sel.

La viande doit être recouverte entièrement.

Placer 4 jours au frigo.

Bien le rincer à l’eau froide, le sécher très soigneusement.

Avec le poivre, bien masser de façon à tout le recouvrir, s’il y a des recoins bien les garnir de poivre moulu.

Le poivre est très important il empêche votre viande de pourrir, il faut vraiment avoir la main lourde 😁.

Essuyer le surplus de poivre.

Rouler le gigot dans un sac de séchage si vous le pendez dans un endroit frais.

Et patienter il faut que au toucher la viande soit ferme.

Compter un bon mois, pour celui-ci les conditions étaient parfaites, un froid sec et du vent en 3 semaines il était prêt.

Chaque cave est différente.

Je n’avais aucune attente, c’est vraiment de l’expérience pure.

Cette idée est vraiment partie d’un « et pourquoi pas » et je vous assure qu’il me tarde l’an prochain pour en accrocher un autre à mon vieux clou.

A vos tabliers !!!

Samoussa aux crevettes et choux chinois

Une recette sans aucune difficulté, un peu longue en réalisation, car il faut laisser refroidir la préparation et un pliage qui peut donner du fil à retordre, vous avez plusieurs tutos sur le net.

Une fois le tour de main pris c’est un jeu d’enfant.

Aromatisés au gingembre et à la sauce soja, leurs coques croquantes laisse place à une garniture riche en saveurs.

J’ai même eu droit à un « mais c’est tarpin bon ton truc » c’est dire !!!

Mon petit neveu était avec nous et à la cuisson du chou il a débarqué dans la cuisine avec une grimace « euh pour moi non hein je n’aime pooo »

Résultat « mais c’est trop bon »

Ehhh wouaiiiii

J’ai rajouté des vermicelles chinois pour masquer le chou, parceque à 6ans il me l’aurait vite trouvé et le résultat a convenu à tout le monde.

J’en ai réalisé 20 et j’ai vu ma pile diminuer à vu d’œil.

Pour 20 samoussas:

10 feuilles de brick

1 kgs de crevettes

60g de vermicelles de riz

3 cuillères à soupe de sauce soja

1cm de gingembre frais

1 échalote

1 gousse d’ail

1/2 chou chinois

Huile de sésame

Huile de friture

Décortiquer les crevettes, les hacher au couteau et réserver.

Tailler le chou chinois en fines lamelles.

Peler et hacher le gingembre.

Peler et hacher l’échalote.

Peler et hacher l’ail.

Faire bouillir de l’eau, la verser dans un saladier sur les vermicelles de riz.

Couvrir et laisser cuire.

Lorsque c’est cuit, égoutter et couper au ciseau.

Dans une sauteuse, verser un filet d’huile de sésame.

Ajouter l’échalote, l’ail et le chou.

Faire revenir en remuant jusqu’à obtenir une légère coloration.

Ajouter les crevettes, le gingembre et la sauce soja.

Mélanger bien et ajouter les vermicelles de riz.

Faire chauffer quelques minutes et retirer du feu.

Laisser refroidir la préparation.

Couper les feuilles de brick en 2.

Déposer une bonne cuillère à soupe de préparation et plier.

Une fois les ingrédients épuisés, faire chauffer de l’huile neutre dans une poêle et faire cuire les samoussas sur chaque face.

Lorsqu’ils sont bien dorés, les débarrasser dans un plat recouvert d’une feuille de sopalin afin d’éponger l’excès d’huile.

Servir chaud.

A vos tabliers !!!

Moules gratinées de Cyril Lignac

Les coquillages crus à la maison personne n’est vraiment fan, par contre des huîtres gratinées, des moules ou autres coquillages en persillades on est preneur!

Ici je vous présente ma recette pour les moules, je les sert souvent pour mes apéritifs dînatoires mais elle sont parfaites en entrée.

Je fais ouvrir les coquillages à couvert dans un filet d’huile d’olive et un bouquet aromatique et je ne garde que la coquille pleine pour la garnir.

Ne cherchez pas à transvaser dans un plat, les meilleurs apéros c’est quand chacun tape dans le plat à la bonne franquette 😁

Je suis allée piocher dans le grimoire de Mr Lignac, les proportions sont parfaites, en guise de chapelure comme d’habitude je privilégie la chapelure panko pour son croustillant.

Cette chapelure japonaise est très croustillante et maintenant j’arrive à en trouver facilement.

Ingrédients pour 5 personnes :

1 kgs de moules nettoyées

300g de beurre demi-sel pommade

1 brin de thym frais

1 verre de vin blanc sec

1/4 de botte de persil haché

1/2 échalotes hachée

75 g d’ail dégermé et haché

100g de chapelure

Huile d’olive

Placer une cocotte sur feu vif, verser un filet d’huile d’olive et les moules nettoyées.

Ajouter le vin blanc, le thym et l’échalote couvrir et laisser ouvrir les moules.

Dans un saladier, mélanger le beurre pommade, l’ail, le persil, la chapelure et le poivre du moulin.

Décortiquer chaque moule et garder uniquement la coque pleine.

Placer une noix de beurre persillé dans chaque moule et les placer sur une feuille de papier alu froissée afin de toutes les caler.

Préchauffer le four à 220 degrés en position grill.

Faire cuire 5-8 mn.

Servir immédiatement.

Une petit verre de blanc bien frais et à la vôtre.

A vos tabliers !!!

Boudin blanc maison aux cèpes

Cette recette fait partie de la catégorie rien à voir fait maison.

Vraiment, il n’y a pas le côté laiteux parfumé des boudins du commerce.

Je me suis servie de film alimentaire, pas besoin de boyaux pas toujours facile à trouver.

Ils ont été cuit au cuit-vapeur puis j’ai choisi de faire colorer les tranches dans un filet d’huile d’olive.

Mes boudins sont un peu épais je l’avoue, je plaide coupable mais le résultat gustatif est vraiment parfait !

En tranches à l’apéritif ou avec une bonne salade verte c’est le succès garanti.

Et pour ceux qui n’aiment pas le boudin blanc, le résultat est tellement loin de ceux du commerce qu’il y a de grandes chances qu’ils l’apprécient.

Et niveau économique, les ingrédients sont simples et absolument abordables, ici j’ai mis des cèpes que j’avais dans mon congélateur mais un trait de porto peut très bien parfumé votre plat.

Le prix de revient sera imbattable !!!

Et le pompom: cette recette peut être réalisée la veille !!!

Ingrédients pour 2 boudins (un peu épais comme moi) ou 4 boudins plus fins:

300g de blanc de poulet

20cl de lait

15g de fécule de maïs

1 petite carotte râpée

1 gousse d’ail hachée

100g de cèpes

1 oeuf

Sel et poivre du moulin

Huile d’olive

Dans une poêle, faire chauffer un trait d’huile d’olive.

Y faire légèrement colorer la carotte et l’ail.

Y ajouter le lait.

Faire bouillir quelques minutes et éteindre le feu.

Laisser infuser à couvert 10 mn et filtrer le lait.

Dans le bol de votre robot, hacher les blancs de poulet.

Ajouter l’œuf, la fécule, le sel et le poivre.

Ajouter le lait encore chaud.

Mixer.

Débarrasser dans un saladier.

Faire revenir les champignons dans un filet d’huile d’olive.

Lorsqu’ils sont légèrement dorés, débarrasser dans le bol du mixeur.

Donner quelques impulsions pour éviter de les réduire en purée.

Mélanger au reste de la préparation.

Couper un rectangle de papier film.

Déposer 4 cuillères de préparation au centre.

Rabattre un côté en collant bien, puis l’autre.

Rouler les extrémités en serrant bien.

Pour ma part j’ai doublé avec un autre papier film.

Cuire au cuit-vapeur 10mn.

A ce stade, après refroidissement vous pouvez entreposez les boudins au frais jusqu’au lendemain.

Au moment de servir, faire revenir les boudins (entier ou en tranches) quelques minutes dans de l’huile d’olive, pour obtenir une légère coloration et servir chaud.

Vous m’en direz des nouvelles !

A vos tabliers !!!

Dips de chèvre au citron

Vous voulez changer des incontournables chips/cacahuète ? C’est par ici!

Une crème onctueuse au chèvre frais, aromatisée au citron, au basilic et au poivre vert.

Servi à l’apéro avec de Mini pain pita

Ou en guise d’entrée, goût frais aux saveurs généreuses c’est vraiment un coup de cœur pour nous.

J’ai souvent l’été du chèvre frais dans le frigo, un zeste de citron, les herbes du jardin et hop un apéro original.

La simplicité efficace comme j’aime.

Bon soyons honnête les chips/cacahuète ont même un placards dédiés.

Évidemment qu’ils me sauvent la mise un paquet de fois, alors oui j’aime préparer des tas de petites choses colorées et bien disposées.

Et puis des fois, une copine passe à l’improviste, on ouvre un paquet de chips, une bouteille de rouge et on refait le monde…et ce sont les meilleurs apéros à mon sens 🥰

Ingrédients pour un bol:

200g de chèvre frais

Le zeste d’un 1/2 citron

Le jus d’un 1/2 citron

10 feuilles de basilic

Poivre vert au moulin

Huile d’olive

A la fourchette, écraser dans un saladier le chèvre avec le jus et le zeste de citron.

Ciseler le basilic et l’ajouter.

Poivrer à votre goût.

Réserver au frais jusqu’au moment de servir.

Au moment de servir, ajouter un trait d’huile d’olive de caractère.

A vos tabliers !!!

Pain pita

Au choix en version mini pour l’apéro ou en version plus grande à garnir.

Pour nos dimanches soir télé je privilégie les grandes, ici des versions mini pour accompagner mes dips.

Je prévois toujours une grande panière remplie au centre de la table et j’ai beau en faire et en faire, elle finit toujours vide.

La recette est très simple et il n’y a qu’un temps de pause.

Je l’ai déniché sur le site d’Herve cuisine et elle est parfaite !

Je les aime cuit à la poêle mais vous pouvez les cuire 7 mn à 200 degrés pour un résultat plus gonflé.

Je les aime un peu épais, aussi je les étale très simplement entre mes 2 paumes de mains et direction la poêle.

La cuisson se réalise à sec, dans le même esprit que les Naans.

Ingrédients pour 4 personnes :

200g de farine

1 cuillère à café de levure de boulanger déshydratée

1/2 cuillère à café de sel

1 pincée de sucre

100ml d’eau tiède

1 cuillère à soupe d’huile d’olive

Dans la cuve de votre robot, placer le sel, le sucre, la farine dessus et la levure.

Mouiller avec l’eau tiède en pétrissant doucement.

Ajouter l’huile et pétrir à vitesse moyenne 5 bonnes minutes.

Pour avoir une boule bien homogène.

Laisser pousser 1h filmé d’un film plastique au contact de la pâte, pour éviter qu’elle ne croûte.

Dégazer la pâte sur un plan de travail fariné.

Pour avoir ce rendu, découper des dés de pâtes de 2*2 cm et les aplatir simplement entre vos paumes de main.

Pour un rendu plus homogène, aplatir au rouleau et découper à l’emporte pièce.

Faire chauffer une poêle à sec et placer les pains dessus.

Cuire 5 mn en retournant à mi-cuisson.

Servir chaud, tiède ou froid..,, honnêtement peu importe il n’y en aura plus avant la fin du repas 😁.

A vos tabliers !!!

Babka salée au basilic et aux noix de cajou

Dans le cadre de mon partenariat avec le Domaine des terres rouges j’ai reçu un pot de tartinable au basilic.

J’ai décidé de l’intégrer dans ma babka salée pour l’apéro.

Le goût de basilic est authentique et la présence de noix de cajou pilée est vraiment intéressante.

J’ai renforcée ce goût en pilant très grossièrement quelques noix de cajou et en les intégrant à la pâte.

Dans le même esprit que mon Pain à l’ail , j’aime que chacun effeuille sa part de brioche à l’apéro, c’est original, très goûteux il se suffit à lui-même.

Ingrédients pour 1 moule à cake:

370g de farine

15g de levure fraîche

2 cuillères à soupe de sucre en poudre

250ml d’eau tiède

70ml d’huile d’olive

1 grosse pincée de sel

1 pot de tartinable au basilic (ou de pesto)

Une dizaine de noix de cajou salées

100g de gruyère râpé

Dans la cuve de votre robot, placer le sucre, le sel, verser dessus la farine.

Émietter la levure.

Lancer le pétrissage au crochet en ajoutant l’eau et l’huile.

Piler grossièrement les noix de cajou et les ajouter.

Pétrir 10 mn à vitesse moyenne.

Couvrir d’un linge et laisser pousser 1h30.

La pâte aura doublé de volume.

Dégazer sur un plan de travail fariné.

Étaler au rouleau sur une longueur de 24cm* 20cm à peu près.

Tartiner de pâte au basilic.

Parsemer de gruyère.

Rouler la pâte sur elle même afin de former un gros boudin.

Partager le en 2 dans la longueur avec un couteau large.

Et entremêler les 2 brins en tournant.

Placer dans un moule à cake huilé.

Laisser pousser 1h.

Préchauffer le four à 200 degrés.

Enfourner pour 30 mn de cuisson.

Déguster tiède ou froid.

A vos tabliers !!!