Tartare de Saint Jacques au sel hibiscus et à la bigarade

L’amertume de l’orange amère avec la douceur de la saint Jacques et la petite touche fleuri vraiment un combo coup de cœur.

Une amie m’a offert un sel à l’hibiscus provenant des salins de Gruissan, elle a tout compris Mila pour me faire plaisir il faut taper dans le culinaire 🥰.

Autant l’idée de l’hibiscus m’a de suite emballée, je manquais d’idée pour le mettre en valeur.

Le cuire je trouvais ça dommage…donc je me suis orientée assez vite vers un tartare.

Le résultat était très bon tel quel avec des herbes fraîches mais il manquait du peps, la bigarade et son amertume à booster tout ça.

Le sel est très parfumé et il y a de vraies pétales d’hibiscus à l’intérieur, je trouve ça super canon.

J’ai fait simple et en petite quantité pour les herbes, l’idée était plus d’apporter une touche de couleur.

Je l’ai préparé 2h avant pour que les cristaux de sel fondent et que les pétales de fleurs séchées se réhydratent.

Pour mes saint Jacques je prends toujours des surgelées pour mes tartares.

Ça me rassure.

Pour 4 personnes :

8 belles noix de saint Jacques

4 brins de ciboulette

1 brin d’aneth

1/2 jus de citron vert

3 pincées de sel à l’hibiscus

Zeste de bigarade bio (Orange amère)

Émincer en petits dés la chair des noix.

Débarrasser dans un Tupperware.

Presser le jus d’un demi citron vert.

Ajouter le sel et les herbes ciselées.

Remuer délicatement et réserver au frais.

Au moment de servir, zester un peu de bigarade.

Déguster frais.

A vos tabliers !!!

Samoussa aux crevettes et choux chinois

Une recette sans aucune difficulté, un peu longue en réalisation, car il faut laisser refroidir la préparation et un pliage qui peut donner du fil à retordre, vous avez plusieurs tutos sur le net.

Une fois le tour de main pris c’est un jeu d’enfant.

Aromatisés au gingembre et à la sauce soja, leurs coques croquantes laisse place à une garniture riche en saveurs.

J’ai même eu droit à un « mais c’est tarpin bon ton truc » c’est dire !!!

Mon petit neveu était avec nous et à la cuisson du chou il a débarqué dans la cuisine avec une grimace « euh pour moi non hein je n’aime pooo »

Résultat « mais c’est trop bon »

Ehhh wouaiiiii

J’ai rajouté des vermicelles chinois pour masquer le chou, parceque à 6ans il me l’aurait vite trouvé et le résultat a convenu à tout le monde.

J’en ai réalisé 20 et j’ai vu ma pile diminuer à vu d’œil.

Pour 20 samoussas:

10 feuilles de brick

1 kgs de crevettes

60g de vermicelles de riz

3 cuillères à soupe de sauce soja

1cm de gingembre frais

1 échalote

1 gousse d’ail

1/2 chou chinois

Huile de sésame

Huile de friture

Décortiquer les crevettes, les hacher au couteau et réserver.

Tailler le chou chinois en fines lamelles.

Peler et hacher le gingembre.

Peler et hacher l’échalote.

Peler et hacher l’ail.

Faire bouillir de l’eau, la verser dans un saladier sur les vermicelles de riz.

Couvrir et laisser cuire.

Lorsque c’est cuit, égoutter et couper au ciseau.

Dans une sauteuse, verser un filet d’huile de sésame.

Ajouter l’échalote, l’ail et le chou.

Faire revenir en remuant jusqu’à obtenir une légère coloration.

Ajouter les crevettes, le gingembre et la sauce soja.

Mélanger bien et ajouter les vermicelles de riz.

Faire chauffer quelques minutes et retirer du feu.

Laisser refroidir la préparation.

Couper les feuilles de brick en 2.

Déposer une bonne cuillère à soupe de préparation et plier.

Une fois les ingrédients épuisés, faire chauffer de l’huile neutre dans une poêle et faire cuire les samoussas sur chaque face.

Lorsqu’ils sont bien dorés, les débarrasser dans un plat recouvert d’une feuille de sopalin afin d’éponger l’excès d’huile.

Servir chaud.

A vos tabliers !!!

Montgolfière de lotte et gambas au safran

J’aime bien réaliser ce plat, il en jette lorsqu’on le pose sur la table et surtout qu’est-ce que c’est bon.

Il est vrai que j’apprécie particulièrement la saveur du safran, mes origines espagnoles peut-être…

Avec des noix de saint Jacques, des dos de cabillaud ou comme ici de la lotte et des gambas c’était délicieux !

La cuisson est rapide, il faut de toutes façons le préparer à l’avance pour que le dôme repose au froid.

C’est en effet le choc thermique qui va provoquer le gonflement de la pâte.

Effet garantie !

Sous la croûte: une sauce safranée généreuse, avec des bâtons de carotte croquants et un poisson cuit à cœur.

Ingrédients pour 4 personnes :

600g de lottes en gros cubes

16 gambas

3 carottes

1 cuillère de fumet de poisson

1 échalote

15 cl de vin blanc

20cl de crème fraîche

3 échantillons de safran

5 cl d’armagnac

1 bloc de pâte feuilletée

Sel et poivre

2 jaunes d’œufs pour la dorure

Ciseler l’échalote.

Tailler les carottes en fin bâtonnet.

Dans une poêle, verser un filet d’huile d’olive.

Faire revenir l’échalote.

Mouiller avec le vin blanc.

Porter à ébullition.

Ajouter les carottes.

Mettre le fumet et bien le délayer.

Ajouter la crème et le safran.

Mélanger bien, saler peu (le fumet est déjà saler) et poivrer.

2 mn d’ébullition et arrêter la cuisson.

Réserver votre sauce est prête.

Dans une poêle, chauffer un filet d’huile d’olive.

Faire revenir quelques minutes les cubes de lotte (sans atteindre la coloration).

Ajouter les gambas décortiquées.

Dés la coloration rose atteinte, couper le feu.

Arroser d’armagnac, porter le tout à ébullition et flamber.

Mélanger la préparation à la sauce.

Repartir dans des soupières.

Étaler la pâte feuilletée.

Découper dans votre pâte feuilletée 4 cercles, 1 cm plus grand que la soupière.

Badigeonner le tour avec les jaunes d’œufs battus, afin que la pâte adhère au bol.

Bien le souder et placer au frigo au moins 1 heure.

Préchauffer le four à 200 degrés.

Badigeonner de jaunes d’œufs restant et enfourner aussitôt.

Il faut que le dôme soit bien doré, dans mon four 20 mn ont suffit.

Servir chaud.

A vos tabliers !!!

Moules à la moutarde

Les petites moules de Bouchot sont un de mes péchés mignon.

A la plancha, à la marinière, à la crème ou comme ici à la moutarde je les trouve absolument délicieuses.

Rapide et hyper simple, cette idée m’est venue il y a quelques années alors que j’avais un fond de pot de moutarde à l’ancienne qui traînait au fond du frigo.

Depuis je les prépare très souvent comme ça.

Avec un bon vin blanc sec, on est pas loin du bonheur !!!

A déguster à l’apéro en guise de tapas, ou au repas avec des frites par exemple.

La saison des moules de Bouchot est de mi juillet à février, profitez en!!!

Ingrédients pour 2 personnes :

1 kg de moule de Bouchot

1 oignon

1 verre de vin blanc sec

1 grosse cuillère à soupe de moutarde à l’ancienne

2 cuillères à soupe de crème fraîche épaisse

1/2 gousse d’ail hachée

Persil

Huile d’olive

Poivre du moulin

Nettoyer bien les moules (sachant que les bouchots ont aussi l’avantage d’être souvent nettoyées )

Éliminer celles ouvertes ou abîmées.

Dans une cocotte, verser un filet d’huile d’olive, y faire revenir l’oignon coupé.

Lorsqu’il est translucide, ajouter les moules et l’ail.

Mouiller avec le vin blanc et couvrir.

Remuer les moules, une fois ouverte ajouter la moutarde dans le jus, un tour de moulin à poivre et la crème.

Remuer, couvrir pour finir la cuisson en remuant les moules.

Parsemer de persil et déguster chaud ou tiède.

Une copine me disait il y a peu : les choses les plus simples sont souvent les meilleures…..illustration parfaite!

A vos tabliers !!!