Feuilletée banane chocolat

Un dessert express particulièrement apprécié par mes gourmands.

Une pâte feuilletée, de la pâte à tartiner et une banane.

Testé avec des feuilles de brick légèrement beurrées avant d’être enfourner c’était parfait aussi.

Ce n’est pas la recette du siècle je vous l’accorde, il ne faut pas un masters + 20 en cuisine pour la réaliser.

Mais elle croustille cette recette, elle est réconfortante, vite faite, et surtout on vous en redemande à tout les coups !

J’avais donné cette recette à une patiente qui avait un énorme plat de banane, le seul fruit que ces enfants acceptaient de manger, le week-end d’après il n’y avait plus rien, ces enfants en mangeaient à tous les goûters 😁

Ça marche tout aussi bien avec des poires.

Ingrédients pour 2 personnes :

1 banane

2 cuillères à soupe de pâte à tartiner

1 cuillère à soupe d’amande effilées ou de pralin

150g de pâte feuilletée

1 jaune d’œuf battu

Préchauffer le four à 180 degrés.

Étaler votre pâte feuilletée en un rectangle.

Tartiner le centre de pâte à tartiner.

Déposer la banane dessus.

Parsemer d’amandes effilées ici j’ai choisi du pralin.

Faire des incisions dans votre pâte feuilletée, de part et d’autre.

Replier en alternance.

Dorer au jaune d’œuf.

Parsemer de pralin.

Enfourner 25 mn.

Déguster tiède.

Simple et efficace.

A vos tabliers !!!

Bûche de Noël : la KaraKaouet’

Comment m’est venu cette idée ?

Mon beau frère a offert à ma fille un lot de Snickers, étant je l’avoue et plaide coupable, assez pénible sur l’alimentation.

Nous ne consommons quasiment aucun produits transformés et encore moins ceux-là.

Mon mari qui aime ça les a mangé, ma fille n’y a pas touché (petite victoire pour mes convictions 🤪) ils étaient à disposition et elle prenait le pot de miel à côté 🎉🎉🎉.

Je m’égare !!!

Il faut quand même se l’avouer, l’association de caramel et de cacahuète c’est quelque chose !

Et là illumination une bûche façon snickers!!!

Il y en a plusieurs sur internet moi je voulais un coeur fondant au caramel au beurre salé (celui qui fait des fils) avec des cacahuètes torréfiées dedans.

Une mousse à la cacahuète autour.

Et un socle en chocolat pour l’apport chocolaté du Snickers.

J’ai voulu tester le flocage, c’était une première car l’apport en sucre me semblait suffisant.

Je réalise toujours des miroirs mais ils sucrent la préparation.

J’ai simplement badigeonner de chocolat blanc pour la déco, qui aurait mérité c’est vrai un peu plus de travail.

Mais le goût de cette bûche est parfait !

Vraiment l’équilibre des saveurs est exactement comme je le voulais.

Au niveau timing, je vous conseille 3 jours avant, voir bien plus puisqu’elle est congelée pour être floquée ensuite.

Au niveau des indispensables, sans feuille Rhodoïd pour démouler votre bûche elle restera dans sa gouttière.

La recette est un peu longue, mais il suffit de suivre chaque étape et le résultat est vraiment dément.

Ingrédients :

Pour le pralin cacahuète :

225g de cacahuète non salées

175g de sucre

30g d’eau

1 pincée de fleur de sel

Pour la mousse à la cacahuète :

150g de lait

160g de pralin à la cacahuète

50g de chocolat blanc

215g de crème liquide entière

2 feuilles de gélatine

Pour l’insert caramel :

3 cuillères à soupe de cacahuète torréfiée (prélevées sur celle du pralin)

200g de sucre

4 cuillères à soupe d’eau

100g de beurre salé

2 cuillères à soupe de mascarpone

Pour le biscuit au chocolat :

30g de sucre

15g de pâte d’amandes

5g de miel

45g de jaunes d’œufs

2cl d’eau chaude

15g de chocolat noir

70g de blancs d’œufs

30g de sucre

85g de farine

10g de cacao amer

Pour le décor :

1 bombe de flocage marron

Chocolat blanc fondu

Au moins 3 jours avant :

Faire le pralin au cacahuète :

Préchauffer le four à 160 degrés, torréfier les cacahuètes environ 10 mn sur une feuille de papier sulfurisé.

Réserver l’équivalent de 3 cuillères à soupe pour les placer dans l’insert au caramel.

Faire un caramel avec le sucre dans une casserole à fond épais et l’eau.

Ne pas le remuer.

Lorsqu’il a une belle couleur ambrée, le couler sur l’ensemble des cacahuètes.

Laisser refroidir complètement.

Casser ensuite des morceaux de ce caramel au cacahuètes, à l’aide d’un mixeur réduire en poudre.

Ajouter la fleur de sel et réserver.

Pour l’insert caramel au beurre salé :

Placer le sucre dans une casserole à fond épais, ajouter l’eau.

Faire chauffer le tout, sans remuer, jusqu’à l’obtention d’une couleur ambrée, comme pour le pralin.

Hors du feu ajouter les dés de beurre demi-sel.

Remettre un peu sur le feu si le caramel cristallise.

Une fois homogène ajouter le mascarpone et une pincée de fleur de sel.

Une fois tiédi, ajouter les cacahuètes torréfiées.

Couler dans des moules en silicone à insert.

Congeler bien à plat, pour éviter les coulures.

Pour la mousse à la cacahuète :

Faire tremper la gélatine dans de l’eau froide au moins 10 mn.

Faire chauffer le lait.

Ajouter le pralin à la cacahuète.

Mixer au mixeur plongeant.

Ajouter la gélatine, mixer à nouveau.

Faire fondre le chocolat blanc, l’ajouter au lait chaud et mixer.

Ajouter la crème froide et mixer à nouveau.

Filmer au contact et réserver au frais.

Au moins la veille :

Faire le biscuit au chocolat :

Préchauffer le four à 160 degrés

Faire fondre le chocolat noir.

Dans un grand bol haut placer la pâte d’amande, le miel, les jaunes d’œufs et mixer au mixeur plongeant.

Ajouter le chocolat et l’eau chaude.

Puis la farine et le cacao.

Mixer à nouveau.

Monter les blancs en neige ferme et les mélanger délicatement au mélange précédant.

Lorsque la préparation est homogène, l’étaler sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, où vous aurez dessiné l’empreinte de votre bûche, afin qu’il soit à la bonne dimension.

Enfourner 15 mn en surveillant.

Laisser refroidir.

Sortir la crème à la cacahuète du frigo, dans le bol du robot muni de l’accessoire fouet, monter comme une chantilly.

Plaquer une feuille de Rhodoïd dans votre gouttière à bûche en la faisant dépasser pour faciliter le démoulage.

Couler jusqu’à mi hauteur la chantilly à la cacahuète.

Démouler et placer au milieu l’insert caramel.

Recouvrir du reste de chantilly.

Bien lisser la surface et congeler.

Une fois le biscuit parfaitement refroidi le tailler exactement au dimension de la bûche et le poser sur la crème cacahuète qui aura raffermie au congélateur.

Filmer et réserver une nuit au congélateur.

6 heures avant la dégustation :

Sortir la bûche du congélateur, la démouler sur une grille.

La floquer.

Faire fondre un peu de chocolat blanc et en badigeonner la bûche.

Dresser dans son plat de service et réserver au frais jusqu’au dessert.

C’est une recette qui est longue c’est vrai, elle peut faire peur mais vraiment elle vaut le coup cette bûche est légère en bouche, la mousse cacahuète fond littéralement.

L’insert est gourmand, les cacahuètes entières à l’intérieur sont très agréables.

Je regrette ma deco et mes photos, cette journée avait été bien trop longue et épuisante, je n’ai pas eu le temps… mais le goût est vraiment bluffant j’ai donc décidé de vous la présenter quand même.

Je me rattraperai la prochaine fois.

A vos tabliers !!!

Le chocolat chaud qui fait la moustache

Chacun ses astuces réconfortantes, après une balade hivernale, après une journée de boulot fatigante ou sous un plaid devant un téléfilm de Noël, le chocolat chaud qui fait la moustache ça fait plaisir, il réchauffe le coco, on ferme les yeux pour le déguster celui-là.

Soyons clair : ce n’est pas le chocolat chaud que l’on prend sur le pouce le matin, celui là il demande juste de prendre le temps, le temps de le faire et celui de le déguster.

Même si je ne retrouve pas le goût de mon enfance sur ce coup là.

Maman râpait le chocolat pâtissier de papa…qui bien sûr à bien changer et comme il était amer, elle le sucrait beaucoup.

J’ai beau eu chercher je n’ai pas le goût.

Mais je crée des souvenirs à ma fille avec le chocolat d’aujourd’hui, il reste épais et fait toujours la moustache.

Et elle adore ça !!!

En Espagne on y trempe des churros bien chaud qui sorte du bain de friture, healthy à souhait !!!

Je me sers de cette marque là, pour moi le meilleur résultat mais l’essentiel reste dans le 100% cacao non sucré.

Le test d’un chocolat réussi ? Une cuillère en bois ne s’enfonce pas 😋

Ingrédients pour 1 mug:

300ml de lait

2 cuillères à soupe soupe de chocolat en poudre non sucré à 100% de chocolat

2 cuillères à soupe de sucre en poudre

1 cuillère à café de maïzena

Verser le lait froid dans une casserole.

Incorporer la maïzena (dans le lait froid, sinon bonjour les grumeaux).

Bien remuer au fouet.

Ajouter le chocolat et le sucre et mettre sur le feu.

Laisser épaissir en remuant.

A la première ébullition c’est prêt !!!

Fouetter un bon coup pour faire mousser.

Verser dans un mug et servir aussitôt.

A vos moustaches!!!

Gâteau mousse au chocolat

Un gâteau 100% chocolat, réservé aux amateurs.

Du chocolat à tout les étages.

Un gâteau au chocolat moelleux surmonté d’une ganache montée en chantilly.

Un gâteau en 2 textures pour un rendu ultra gourmand.

J’ai voulu réaliser une fleur avec un grand moule à savarin et un pochage avec la douille à Saint Honoré sur 2 épaisseurs pour le relief, je suis loin d’être satisfaite de mon pochage qui manque de régularité, mais il est bon ce gâteau je vous l’assure.

Vous pouvez bien sûr le réaliser dans un cadre et étaler la mousse dessus, pensez simplement avant d’étaler votre ganache montée, d’appliquer un papier Rhodoïd pour faciliter le démoulage.

En pleine saison de fruits rouges j’en aurais volontiers rajouté pour apporter une touche de couleur.

J’aime beaucoup ce gâteau, les 2 textures sont agréables en bouche et je suis une amatrice de chocolat, il faut bien l’avouer.

Ingredients pour 8 personnes:

Pour le fondant:

200g de chocolat noir à patisser

150g de beurre

1 cuillère à soupe de farine

4 oeufs

3 cuillère à soupe de sucre

Pour la ganache montée:

400g de crème liquide

200g de chocolat noir à patisser

Commencer par le fondant au chocolat:

Préchauffer le four à 180 degrés.

Faire fondre le beurre et le chocolat au bain marie (ou au micro ondes).

Lorsque le mélange est homogéne, incorporer le sucre et la farine.

Ajouter les oeufs un à un.

Bien beurrer votre moule et fariner légèrement en enlevant l’excédent.

Verser la préparation dans le moule et enfourner 20 mn.

Laisser refroidir.

Pour la ganache montée:

Dans une casserole verser le chocolat et la moitié de la crème.

Faire fondre sur feu très doux.

Une fois homogène, ajouter le reste de crème, bien melanger à nouveau.

Verser dans la cuve de votre robot ou saladier, avec le fouet à l’intérieur. (petite astuce pour une chantilly bien ferme)

Placer au frais.

Si vous présentez votre gâteau dans un moule tapissez le de film rhodoïd.

Au bout d’au moins 2h de réfrigération, monter votre ganache à vitesse vive.

Une fois bien ferme, pochez la ou coulez la sur le fondant au chocolat refroidi.

Placer au frigo au moins 1h.

Déguster froid.

A vos tabliers!!!

Brioche suisse de Christophe Felder

Après plusieurs essais, c’est la recette gagnante qui figure dans mon grimoire.

La pâte à brioche est moelleuse, l’inclusion de crème pâtissière et de pépites de chocolat rend le tout généreux et gourmand.

Une belle façon de commencer la journée, les jours raccourcissent, le rafraîchissement est notable, un peu de douceur pour attaquer du bon pied.

Merci Mr Felder!

C’est pour moi la recette qui se rapproche le plus, de part la texture de la brioche des Suisses de la boulangerie.

Ingrédients pour 8 brioches :

Pour la pâte à brioches:

250g de farine

30g de sucre en poudre

1 petite cuillère à café de sel

10g de levure fraîche

3 œufs

165g de beurre ramolli

Pour la crème pâtissière :

250g de lait entier

2 jaunes d’œufs

50g de sucre en poudre

1/2 gousse de vanille

20g de maïzena

1 cuillère à soupe de farine

Pour la garniture :

120g de pépites de chocolat noir

50g de sucre

50ml d’eau

1 cuillère à café d’eau de fleur d’oranger

Pour la dorure:

1 oeuf entier + 1 jaune d’œufs

Commencer par préparer la pâte à brioche :

Dans la cuve de votre robot placer le sel, le sucre, la farine et dessus la levure (afin qu’elle ne touche pas le sel).

Ajouter les œufs et pétrir au crochet pendant quelques minutes.

Ajouter le beurre en petits morceaux .

Pétrir environ 10mn à vitesse moyenne jusqu’à ce que la pâte se décolle des parois de la cuve.

Couvrir d’un torchon et laisser pousser 1h.

L’aplatir pour la dégazer et placer au frais pour 30mn à 2h maximum.

Pendant ce temps, préparer la crème pâtissière :

Mettre le lait à chauffer avec la demie gousse de vanille fendue et grattée.

Dans un saladier mélanger au fouet le sucre et les jaunes d’œufs jusqu’à ce que le mélange blanchisse.

Ajouter la maïzena et la farine, bien mélanger.

Lorsque le lait arrive à ébullition, retirer la gousse de vanille et verser le lait chaud sur la préparation.

Mélanger intimement et remettre le tout dans la casserole sur feux doux.

Mélanger avec une cuillère en bois jusqu’à épaississement.

Laisser refroidir.

Pour les brioches :

Sortir la pâte du réfrigérateur.

Sur un plan de travail fariné, étaler la pâte froide au rouleau sur une épaisseur de 4-5 mm.

Sortir la crème du froid et fouetter la pour l’aérer.

Étaler là sur la moitié du rectangle.

Saupoudrer de pépites de chocolat de façon uniforme.

Replier le côté non garni dessus.

Aplatir légèrement pour souder le tout.

Avec un couteau bien aiguisé, découper les brioches de 5cm de largeur environ.

Laisser pousser 2h30 recouvert d’un torchon propre.

Pendant ce temps réaliser le sirop:

Verser le sucre et l’eau dans une casserole, porter à ébullition jusqu’à dissolution du sucre et laisser refroidir.

Y ajouter l’eau de fleur d’oranger et réserver.

Préchauffer le four à 180 degrés.

Préparer la dorure en fouettant bien l’œuf et le jaune.

Lorsque les brioches sont levées, les dorer délicatement au pinceau.

Enfourner pour 15mn.

Une fois cuites, les badigeonner de sirop.

Laisser refroidir avant de consommer.

Quoique tièdes, elles sont à tomber!!!

A vos tabliers !!!

Éclair pistache – chocolat

Un délice absolu de gourmandise!!!

L’association de pistache et de chocolat est juste parfaite.

Pour la pâte à choux je ne déroge pas à la règle c’est forcément la recette de mon papa, qui ne m’a jamais deçue.

Les choux et éclairs sont toujours parfaits, gonflés, aérés à souhait.

C’est une valeur sûre, testée depuis plus de 50 ans!!!

Pour la garniture, j’ai cherché un moment je voulais vous proposer une touche d’originalité.

Pour être honnête j’étais partie sur autre chose mais faute de jolies framboises je me suis rabattue sur une pâte de pistache.

j’ai donc changé ma chantilly au mascarpone par une crème patissiére à laquelle j’ai ajouté de la pâte de pistache.

J’ai opté pour la générosité des saveurs, trop de desserts à la pistache sont insipides dans l’assiette à mon goût…et puis soyons honnête on adore ça!

Pour ma fille, vous commencez à la connaître un dessert doit être chocolaté pour qu’il soit intéressant…c’est la règle.

J’ai opté pour un glaçage au chocolat noir et elle a beaucoup aimé l’association des deux saveurs.

J’ai testé vous le verrez sur les photos d’intégrer une cuillére de pâte pistache dans du fondant blanc et le visuel pour moi n’est pas satisfaisant.

Mon idée initiale était le chocolat et en effet c’était bien meilleur.

Une simple ganache au chocolat noir, et le glaçage était brillant, fondant et la saveur marquée de la pistache faisait un résultat équilibré et gourmand.

Pour une douzaine d’éclairs :

Pour la pâte à choux:

1/4 de litre d’eau

125g de beurre

200g de farine

5 œufs

Pour la crème à la pistache:

500ml de lait entier

4 jaunes d’œuf

100g de sucre en poudre

55g de farine

3 cuillères à soupe de pâte de pistache

Pour le glaçage:

100g de chocolat noir

100g de crème liquide

Commencer par la pâte à choux:

Préchauffer le four à 200 degrés.

Porter l’eau avec le beurre et une pincée de sel à ébullition.

Quand le beurre est totalement fondu, ajouter la farine d’un coup.

Tourner avec une spatule en bois et bien dessécher la pâte quelques minutes sur le feu.

Sortir du feu.

Ajouter les œufs un à un en mélangeant bien l’appareil pour les intégrer.

Placer l’appareil dans une poche à douille munie d’une douille cannelée de gros calibre et pocher les éclairs sur une plaque de cuisson.

Enfourner 25mn.

Il faut qu’ils soient gonflés et bien dorés.

Laisser refroidir.

Pour la crème pâtissière:

Porter le lait à ébullition.

Pendant ce temps dans un saladier, fouetter les jaunes d’œufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse.

Ajouter la farine et fouetter à nouveau.

Verser le lait bouillant sur la préparation, bien mélanger.

Transvaser à nouveau dans la casserole et placer sur feu doux.

Remuer jusqu’à épaississement.

Laisser refroidir.

Lorsque le préparation est encore légèrement tiède ajouter la pâte de pistache et bien mélanger.

Réaliser 3 trous avec une douille lisse sous chaque éclair.

Et pocher la crème avec une douille adaptée.

Bien remplir chaque éclair.

Pour la ganache:

Hacher le chocolat.

Faire chauffer la crème et la verser sur le chocolat.

Attendre 2mn et remuer pour réaliser une ganache brillante.

Tremper chaque éclair dans la ganache et réserver.

Il n’y a plus qu’à déguster.

Voilà un dessert sans difficulté digne d’un pâtissier

Et vous pourrez dire c’est moi qui l’ai fait!!!

A vos tabliers!!!

Dôme de chocolat blanc, mousse à la framboise parfumée à la rose

Ma super popine fêtait ses 50 printemps cette année il me fallait un dessert gourmand, élégant et je voulais une petite touche d’originalité.

Je suis donc partie sur l’association framboise / rose pour l’originalité.

Au niveau des textures même si je partais sur une coque au chocolat blanc, qui allait amener un petit côté croquant, je ne trouvais pas que ce soit suffisant.

J’ai donc pensé à une feuillantine au chocolat blanc qui apporterait du coup aussi mon côté gourmand.

J’ai volontairement très peu sucré ma mousse à la framboise pour avoir un contraste acide/ sucré avec le chocolat blanc.

Les framboises sont en pleines saisons et sont très parfumées, cela dit un paquet de framboises surgelées peut aussi faire l’affaire.

J’ai acheté mes moules chez Tompress Ici la qualité est au rendez-vous, le démoulage est parfait et sans sueurs froides.

Ingrédients pour 8 personnes :

Pour la mousse:

600g de framboise

60g de sucre

3-4 gouttes d’arôme naturel de rose

3 feuilles de gélatine

40cl de crème liquide froide

1 cuillère à soupe de sucre glace

8 framboises pour placer au cœur

Pour les coques:

200g de chocolat blanc de couverture

Pour le croustillant au chocolat blanc :

200g de chocolat blanc

12 gavottes émiettées

À faire la veille.

Faire fondre au bain marie ou au micro onde le chocolat pour réaliser les coques.

Une fois le chocolat bien lisse, au pinceau tapisser le fond de chaque dôme de chocolat blanc.

Placer au frigo 10 mn et renouveler l’opération.

Ainsi la coque sans être trop épaisse ne se cassera pas au démoulage.

Réserver au frais.

Mettre les feuilles de gélatine à tremper dans l’eau froide.

Dans une casserole placer les framboises ( en réserver 1 pour chaque dôme que vous placerez au milieu)

Placer le sucre et laisser compoter 20 mn à feu doux.

Une fois cuit, mixer au mixeur plongeant.

Passer ensuite au chinois pour obtenir un coulis sans grains.

Faire légèrement chauffer le coulis, une fois chaud, hors du feu, ajouter les feuilles de gélatine essorées.

Bien remuer pour dissoudre.

Laisser refroidir.

Préparer la feuillantine en faisant fondre le chocolat blanc.

Une fois fondu incorporer les miettes de gavottes.

Bien mélanger avec une spatule.

Étaler ensuite entre 2 feuilles de papier sulfurisé, sur une épaisseur de 5 mm environ.

Placer au frais.

Ajouter l’arôme de rose dans le coulis.

Attention la puissance du parfum est très variable et peut être très puissant, ayez la main légère.

Un arôme de rose mal dosé et votre dessert est immangeable!

Monter la crème en chantilly avec le sucre glace sans chercher à l’avoir extra ferme.

Il faut qu’elle soit montée mais onctueuse.

Incorporer délicatement le coulis refroidi à votre crème chantilly.

Goûter pour rectifier le parfum de rose qui doit être présent mais sans prendre le dessus sur la framboise.

Couler dans vos dômes réfrigérés en insérant une framboise fraîche au milieu.

Placer 1 nuit au frigo.

Au moment de servir

A l’aide de cercle à tartelettes ou un emporte pièce rond découper la feuillantine

( j’ai choisi de découper les cercles légèrement plus grand que mes dômes pour l’esthétique)

Poser dessus votre dôme démoulé avec précaution.

Voilà un dessert élégant mais surtout généreux en goût.

Le coulis peut sembler un peu laborieux mais le résultat est un goût framboise très présent, comme si vous croquiez dans le fruit.

La feuillantine amène le sucré et la texture.

Il a été très apprécié, les 50 ans ont été fêté !

A vos tabliers !!!

Financier tigré au chocolat de Cyril Lignac

La recette des financiers de Cyril Lignac je vous l’avais déjà publié Ici et elle me sert même de base pour certains entremets comme le Fraisier je trouve que l’association amande/fruit rouge est juste terrible !!!

C’est sur les réseaux sociaux que les photos de ces tigrés m’a tapé dans l’œil.

Et il faut bien avouer qu’ils sont terribles avec leur look gourmand à souhait.

C’est sur le blog il était une fois la pâtisserie que j’ai déniché la recette.

Pour les moules je les ai trouvé chez Tompress Ici, et le démoulage a été parfait.

Alors bien sûr ils sont canons ces tigrés et le goût dans tout ça ?

Un financier aux pépites de chocolat avec un cœur ganache au chocolat noir….je me demande si j’ai besoin de développer…

Ils sont d’une gourmandise absolu, j’ai presque envie de vous dire d’un danger absolu 😋.

J’ai opté pour une ganache au chocolat noir pour le côté pratique dans ma boîte à gâteau mais vous pouvez les garnir de pâte à tartiner pour un effet plus coulant.

Ingrédients pour 6 tigrés :

90g de beurre

90g de poudre d’amandes

30g de farine

100g de sucre glace

3 blancs d’œufs

50g de pépites de chocolat

60g de chocolat noir

60g de crème liquide

10g de beurre

Préchauffer le four à 180 degrés.

Faire fondre le beurre dans une casserole jusqu’à une belle coloration noisette et réserver.

Dans un saladier mélanger la farine, le sucre glace et la poudre d’amande.

Ajouter les blancs d’œufs.

Le beurre noisette refroidit.

Et les pépites de chocolat.

Verser dans vos moules à mini kouglof ou à savarin.

Enfourner pour 20 mn.

Pendant ce temps préparer la ganache.

Hacher le chocolat au couteau et le réserver dans un saladier.

Faire chauffer la crème et la verser sur le chocolat pour le fondre.

Remuer bien et ajouter le beurre.

Une fois les gâteaux cuits.

Les démouler et l’achat de bon moules est important croyez-moi !!!

Et avant que la ganache ne fige, placer 1 cuillère à café dans chaque financier.

Laisser refroidir.

A vos tabliers !!!

Royal au chocolat

Un classique pour l’anniversaire de ma fille….il n’y a que 2 gâteaux qu’elle me réclame en ce jour spécial : un bavarois à la fraise ou le royal.

Il est vrai que l’association du praliné / chocolat c’est régressif, gourmand, croustillant…le royal c’est terrible avouons-le !!!

Cette année: le royal a remporté la manche.

J’ai au fil des années modifié la recette pour arriver à noter cette recette sur mon grimoire et ne plus y toucher.

J’ai testé la pâte à bombe, la dacquoise amande, plus ou moins de feuillantine….

Mais il y avait toujours un c’est bon mais…oui je suis un peu pénible…

Et donc voilà mon grain de sel: la dacquoise est à la noisette, j’y inclus des grains de pralin pour encore plus de croquant; je ne sucre pas ma mousse je rajoute du praliné pour en marquer un peu plus le goût et sucré ma préparation; et pour finir j’aime les couches de feuillantine un peu épaisse (pure gourmandise).

Bon d’accord c’est un gros grain de sel!!!

Mais j’adore le résultat !!!

Pour le pralin, après avoir brûler plusieurs mixeur je l’achète en pot sur http://www.meilleurduchef.com ou sur vente-privée lors des ventes Valrhona ou Weiss…

C’est l’ingrédient indispensable du royal.

Ingrédients pour un cercle de 22 cm:

Pour la dacquoise:

3 blancs d’œufs

100g de sucre glace

100g de noisette en poudre

50g de sucre

Une pincée de sel

Pralin en grains

Pour le croustillant à la feuillantine :

60g de chocolat au lait de couverture

120g de praliné

100g de gavottes émiettées

Pour la mousse au chocolat :

200g de chocolat noir de couverture

200g de lait

3 feuilles de gélatine

100g de praliné

400g de crème liquide très froide

Pour le décor:

Fleurs fraîches

Cacao en poudre

Grain de pralin

Pour la dacquoise :

Préchauffer le four à 180 degrés.

Mélanger le sucre glace et la poudre de noisette.

Saler légèrement les blancs d’œufs, battre pour les monter en neige.

Lorsqu’ils commencent à mousser ajouter le sucre en poudre.

Battre jusqu’à ce qu’ils soient bien fermes.

Mélanger délicatement à la maryse le sucre glace et la poudre de noisette.

Sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, tracer au stylo un rond de 22 cm en vous aidant du cercle.

Pocher votre dacquoise en vous aidant du cercle.

Y incruster des grains de pralin

Enfourner 20mn.

Laisser refroidir.

Placer sur votre plat.

Mettre un ruban de papier Rhodoïd à l’intérieur de votre cercle (aide précieuse pour le démoulage).

Cercler autour de votre dacquoise qui sera le fond de votre entremet.

Pour la feuillantine :

Faire fondre au bain marie le chocolat.

Y ajouter le praliné pour le détendre un peu.

Émietter les gavottes et les ajouter à la préparation.

L’étaler sur la dacquoise refroidie de façon uniforme.

Réserver au frais

Pour la mousse au chocolat :

Mettre les feuilles de gélatine à ramollir dans de l’eau froide.

Faire fondre le chocolat au bain marie, y ajouter le praliné pour le détendre.

Faire chauffer le lait.

Quand le lait est bien chaud y ajouter les feuilles de gélatine égouttées.

Mélanger le tout au chocolat /praliné.

Bien mélanger au fouet et laisser refroidir 30 mn.

Monter la crème fraîche en chantilly au batteur (idéalement placer le saladier, la crème et les fouets au frigo 2h avant).

Mélanger délicatement à la maryse la chantilly au chocolat.

Pocher dans votre cercle.

Égaliser le dessus.

Placer au frais au moins 2h.

Au moment de servir tamiser le cacao sur votre entremet et parsemer de fleurs fraîches et de pralin.

La préparation est un peu longue mais elle vaut le coup car il n’y a pas de réelles difficultés.

Il suffit de suivre les étapes.

A vos tabliers !!!

Banana bread

Le classique banana bread: l’ami des bananes noires au fond de votre corbeille à fruit.

Il y a pléthore de recette sur le net, je vous livre la mienne qui est onctueuse et au moelleux à tomber.

C’est sur le site https://www.iletaitunefoislapatisserie.com que j’ai pioché cette recette, je l’ai vanillé par gourmandise, c’est la seule modification que j’ai apporté.

Ma fille est fan de chocolat mais mon neveu de 4 ans déteste ça (oui, oui ça existe!!!!)

J’ai donc privilégié les moules à muffins pour faire des natures et d’autres avec pépites.

Je vous livre les proportions pour un moule à cake classique.

Ingrédients pour un cake:

2 oeufs

3 bananes très mûres

100g de sucre

1 sachet de sucre vanillé

1 cuillère à café d’arômes de vanille

130g de beurre fondu

210g de farine

1 sachet de levure chimique

1 pincée de sel

100g de pépites de chocolat noir

Préchauffer le four à 180 degrés

Battre les œufs avec les sucres jusqu’à ce que le mélange blanchisse.

Ajouter le beurre fondu.

Fouetter.

Écraser les bananes et mélanger bien.

Mettre la farine et la levure.

Ajouter la vanille et la pincée de sel.

Mettre les pépites.

Beurrer un moule à cake ou des petits comme moi.

Verser la préparation et enfourner pour 45 mn.

Il est moelleux, il rend service à notre plateau de fruits : il a tout bon ce banana bread.

A vos tabliers !!!